Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
"Juif, Souviens - toi!"                     "Juif, Souviens - toi!"
Sources (*) : Les Juifs, historiographie               Les Juifs, historiographie
Yosef Hayim Yerushalmi - "Zakhor, histoire juive et mémoire juive", Ed : Gallimard, 1984, p30

 

Sans Titre (Morris Ka tz, 1993) -

Alors que, dans la bible, l'historiographie coexiste avec la mémoire du passé et la réflexion sur le sens de l'histoire, ces dimensions se dissocient dans le judaïsme post-biblique

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La Bible est un corpus composé d'innombrables textes d'auteurs anonymes, dans des genres variés (légendes, récits, poésie), dont la rédaction s'étale sur un millénaire. Elle n'est pas l'oeuvre d'historiens, mais de prêtres et de prophètes. Bien que Dieu soit le principal acteur de cette histoire, les rédacteurs se sont attachés à raconter des épisodes concrets de la vie d'hommes et de femmes de chair et de sang. Ils ont repéré les spécificités des différentes périodes, les comportements de chaque génération, l'évolution des espérances des uns et des autres et l'écart avec les réalisations. Entre Abraham et Moïse, les lois observées évoluent, et les différentes versions de certains événements peuvent coexister (par exemple sur l'origine de la monarchie d'Israël dans le livre de Samuel). A toutes les époques mais à différents degrés, les récits sont mêlés de légende et de poésie.

Au 2ème siècle avant J-C, le corpus des écrits bibliques était stabilisé pour l'essentiel; il a été définitivement fixé au synode de Yavné, vers 100 après J-C. L'ensemble constitue un récit cohérent, auquel s'ajoutent un code de la loi, un livre de la sagesse et un exposé de la foi. Trois éléments y sont mêlés : l'écriture de l'histoire, la mémoire du passé et le sens de l'histoire (voir ci-contre).

Le dernier livre d'histoire écrit par un Juif de l'Antiquité a été la Guerre des Juifs de Flavius Josèphe, qui a été publié en 93-94, peu avant le concile de Yavné. Mais son oeuvre n'a eu aucune postérité parmi les Juifs : l'avenir appartenait aux rabbins. Selon Yosef Hayim Yerushalmi, il faudra 15 siècles pour que son premier successeur se manifeste : Joseph ben Josué Ha-Kohen, un médecin d'Avignon qui a écrit la Vallée des pleurs, vers 1575.

 

 

On peut distinguer dans la bible trois dimensions liées entre elles :

- Historiographie. Ce sont des chroniques, qui nous sont toutes parvenues sauf les Chroniques des rois de Juda et les Annales de Salomon, des listes, des récits. Ayant été incluses dans le canon biblique, elles ont transformé l'histoire d'un peuple en une écriture sainte. Après la clôture du canon biblique, l'historiographie s'arrête.

- Mémoire du passé. Elle est érigée en impératif absolu et transmise par les rites : lecture publique des textes bibliques, fêtes annuelles, prières et prescriptions quotidiennes.

- Sens de l'histoire. Ce thème est surtout développé dans les livres prophétiques. Il suppose une transcendance dans la signification qu'on donne à l'histoire.

Ces trois dimensions, qui coexistent dans la bible, se dissocient dans le judaïsme post-biblique.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Yerushalmi
JuifsZakhor

KE.LKE

JuifsHistoriographie

DD.LEE

U.histoire

Rang = OHistoire
Genre = MK - NG