Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Freud, la judéité                     Freud, la judéité
Sources (*) : Le judaïsme, indéfinissable               Le judaïsme, indéfinissable
Yosef Hayim Yerushalmi - "Le Moïse de Freud, Judaïsme terminable et interminable", Ed : Gallimard, 1993, p76

 

Meditation (Alois Prie chenfried) -

On ne peut expliquer la prédilection de Freud pour le lamarckisme que par l'énorme force d'attraction du passé juif, vécue comme héréditaire ou indélébile

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans L'homme Moïse et la religion monothéiste, Freud s'intéresse aux origines du judaïsme. Comment cette tradition a-t-elle pu se transmettre? Sur quoi repose son extraordinaire emprise sur les Juifs [et aussi la fascination qu'elle exerce sur le non-juifs et qui a pu conduire à l'antisémitisme nazi]? La littérature juive elle-même insiste sur la chaîne continue de la tradition (shalshelet ha-qabbalah). Mais la communication directe de la tradition (même à travers une chaîne de rabbins) semble insuffisante à Freud pour expliquer le caractère de contrainte des phénomènes religieux. Pour se transmettre, une "tradition doit avoir d'abord subi le destin du refoulement, l'état de ce qui séjourne dans l'inconscient avant de pouvoir plier les masses à son empire" explique-t-il. Entre l'individu et la masse, la concordance est presque parfaite sur ce point : "dans les masses aussi, l'impression du passé se conserve dans les traces mnésiques inconscientes". Freud a toujours défendu l'idée que des traumatismes vécus par une génération pouvaient se transmettre phylogénétiquement aux générations ultérieures, et malgré les objections [nombreuses] qu'on lui a opposées, il a maintenu obstinément ce point de vue dans son "Moïse".

 

 

On peut rapprocher cette obstination du poids énorme de leur passé dans la psychologie des Juifs modernes. Assimilés ou non, athées ou non, ils le subissent comme un boulet ou un fardeau oppressant et irrémédiable. La condition juive est comme une maladie incurable : elle résiste au temps. Selon Freud, le secret de cette force réside dans le retour du refoulé. Les souvenirs inconscients d'un lointain passé historique ne peuvent que faire retour. Après une période de latence, le meurtre originaire de Moïse qui ressurgit dans la conscience collective du peuple sous la forme du monothéisme - et avec lui la culpabilité et la contrainte obsessionnelle.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Yerushalmi
FreudJudeite

OF.LOF

HebDefinition

KV.LKV

WFreudLamarck

Rang = QFreudLamarck
Genre = MK - NG