Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Oeuvre, espacement                     Oeuvre, espacement
Sources (*) : L'oeuvre derridienne, vaccin contre le pire               L'oeuvre derridienne, vaccin contre le pire
Pierre Delain - "Pour une œuvrance à venir", Ed : Guilgal, 2011-2016, Page créée le 30 avril 2011 Oeuvres : répondre de l'unique

[Il faut, pour faire une oeuvre, laisser s'ouvrir l'espacement]

Oeuvres : répondre de l'unique
   
   
   
Un concept d'oeuvre de Jacques Derrida Un concept d'oeuvre de Jacques Derrida
La scène de l'oeuvre               La scène de l'oeuvre    
                       

1. Une définition non spatiale de l'espacement.

Espacer, c'est mettre de l'écart, interposer. L'espacement n'est pas un phénomène purement, ni même essentiellement, spatial. C'est un mouvement engagé par des forces hétérogènes : discursives, temporelles, spectrales, qui produit sur les lieux et leurs articulations des effets imprévisibles.

cf : [Derrida, l'espacement, l'"entre"] §1.

 

2. Mises en oeuvre.

Dans toute mise en oeuvre, qu'elle soit musicale, littérale ou conceptuelle, qu'il s'agisse de cinéma, de dessin ou de n'importe quel genre, est posée la question de l'espacement. Il ne désigne rien de particulier. Il n'est que le lieu d'une hétérogénéité, un mouvement, une pression du dehors qui empêche l'oeuvre de se fermer sur elle-même.

Pour son "auteur", ses commentateurs ou ses destinataires, l'oeuvre est une fabrication spatiale, un spacieux.

 

3. Les archi-espacements.

L'espacement n'opère pas dans le vide. Il lui faut, pour se maintenir ouvert, des artefacts, des outils, des figures ou des schèmes, qui ne sont pas visibles ni descriptibles comme tels, mais peuvent s'entendre comme archi-artefacts ou archi-figures.

a. Musique.

cf : Aujourd'hui surgit, sous forme de déliaison et de brouillage des frontières, l'espacement originel qui dispose les corps à faire son.

Une oeuvre musicale ne peut pas s'entendre directement. Elle met de l'écart, elle fait désirer l'écart. Elle suppose l'écoute de l'autre, qui est imprévisible. Elle laisse le corps inscrire sa puissance d'invention singulière.

b. Cinéma.

cf : [Au cinéma sont mis en oeuvre des "archi-schèmes" qui conditionnent notre rapport au réel, la mise en jeu de notre être dans le monde].

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[Derrida, l'espacement, l'"entre"]

-

La dissémination est la répétition du mot "entre" : une déhiscence qui n'a pas d'autre sens que l'espacement et l'articulation

-

La différance est le devenir-espace de la chaîne parlée

-

Le jeu de la différance fait qu'aucun mot, aucun concept ne vient résumer et commander depuis un centre le mouvement et l'espacement textuel des différences

-

Le spacieux institue l'espace par espacement de la lettre

-

L'oeuvre n'est ni un objet, ni un phénomène; c'est un mouvement de dissémination / déconstruction / espacement

-

[Au cinéma sont mis en oeuvre des "archi-schèmes" qui conditionnent notre rapport au réel, la mise en jeu de notre être dans le monde]

-

L'espacement ne désigne rien : c'est l'index d'un dehors, d'une hétérogénéité, d'un mouvement qui indique une altérité irréductible

-

L'espacement est l'impossibilité pour une identité de se fermer sur elle-même : c'est l'irréductibilité de l'autre

-

En espaçant le cadre, le passe-partout laisse paraître l'oeuvre

-

La khôra situe le mouvement, elle fait place à l'espacement, elle fait naître sans engendrer

-

Le subjectile n'a pas d'autre consistance que celle de l'entre-deux

-

Dans le dessin, il y va de l'expérience du trait et de l'espacement : une expérience "autre" de la différence, irréductible à la logique binaire ou à la visibilité diurne

-

Aujourd'hui surgit, sous forme de déliaison et de brouillage des frontières, l'espacement originel qui dispose les corps à faire son

-

En tant qu'oeuvre, un film "met en oeuvre" la question de l'espacement

-

Une oeuvre n'est oeuvre que si elle laisse ouvert le désir d'écouter, si elle laisse à désirer l'écoute de l'autre

-

Laisser s'inscrire la puissance d'invention idiomatique du corps musicien, d'infimes déliaisons, écarts et corps-à-corps, tel est l'enjeu de l'engagement musical d'aujourd'hui

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
ArchiOeuvreEspacement

AA.BBB

OeuvrePrincipe

MH.LLM

FilOrloeuvre

M.GD.LDF

ConceptOrloeuvre

EM.LEM

SAOParcours

CG.LGD

DP_ArchiOeuvreEspacementGenre = -