Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la mémoire                     Derrida, la mémoire
Sources (*) :              
Jacques Derrida - "L'écriture et la différence", Ed : Seuil, 1967, p299

 

Traces memorielles (Albert Egakis, 2011) -

La mémoire n'est pas une propriété du psychisme parmi d'autres, elle est l'essence même du psychisme

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Selon Freud qui, à l'époque de l'Esquisse (1895), souhaite inscrire son travail dans les sciences naturelles, toute théorie psychologique digne d'attention doit proposer une explication de la mémoire. Il faut pour cela expliquer deux phénomènes apparemment contradictoires : (1) [pour pouvoir accueillir de nouvelles traces], la surface d'accueil [des neurones] doit toujours rester vierge; (2) il faut qu'une trace permanente [de l'événement mémorisé] reste inscrite [dans les neurones]. Pour résoudre cette contradiction, il invente le concept de frayage, une machine métaphorique dont il trouvera plus tard une autre illustration dans le bloc magique. Un chemin, une fois tracé (non sans violence et résistance), ouvre une voie conductrice. La trace de cette effraction, de cette percée qui n'a lieu qu'une fois, est conservée pas certains neurones.

Hypothèse freudienne : les écarts (ou différences) qui opèrent dans le psychisme sont à mettre en relation avec les écarts (ou différences de quantité) instaurés par le frayage. Ces différences [qui sont aussi, pour Derrida, des moments de la différance], insaisissables et invisibles [des traces], sont à l'origine de la mémoire, comme on le vérifie dans l'événement traumatique, qui produit ses effets sans être ni symbolisé ni intégré dans la conscience.

 

 

Les différences inscrites par le frayage ont cette particularité qu'on retrouve dans l'inconscient freudien : leurs traces ne se soumettent pas à la forme de la conscience. Pour Derrida, l'écriture psychique n'est jamais présente à elle-même.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaMemoire

BE.LEB

UMemoirePsychisme

Rang = OMemoire
Genre = DET - DET