Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Cinéma muet                     Cinéma muet
             

 

Le journal d'une fille perdue, avec Louise Brooks (1929) -

Dominique Païni, in Art Press, numéro trimestriel 21, p9

La spécificité du cinéma muet, à laquelle le cinéma sonore est absolument étranger, est d'être essentiellement un art plastique

   
   
   
               
                       

logo

 

Dominique Païni cite Henri Langlois, qui disait : "L'art du muet est essentiellement un art plastique et photographique". Quand (entre 1905 et 1930) la parole ne détournait pas (encore) des images, quand le film n'était pas (encore) dominé par la narration et le pouvoir de la voix, c'était le plaisir des yeux qui dominait. Le sort des images importait plus que celui des personnages. Le principal souci des cinéastes était la plasticité, ce qui les rapprochait des peintres (qui eux aussi, comme Fernand Léger, se rapprochaient du cinéma).

Ce cinéma se banalisait moins. Il s'académisait moins et restait plus expérimental - ce qui (toujours selon Langlois) justifie sa conservation.

Le Journal d'une fille perdue, avec Louise Brooks. Film muet de 1929 dirigé par G.W. Pabst.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Pa•ni
CinemaMuet

DD.LEE

UCinemaMuetPlastique

Rang = WCinemaMuet
Genre = Video -