Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La photo fait prévaloir l'indice                     La photo fait prévaloir l'indice
Sources (*) :              
Rosalind Krauss - "Le photographique, Pour une théorie des écarts", Ed : Macula, 1990, pp32-35

 

Charles Debureau, mime et photographe (Adrien Tournachon, 1854) -

En dédoublant (à la façon d'un mime) les signes produits par la lumière, la photographie les rend intelligibles

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Charles Debureau mime le photographe qui se trouve en face de lui. Prend-il aussi une photo? Probablement pas, puisqu'il n'est qu'un mime. Sa fonction à lui, c'est uniquement d'imiter celui qui, en face de lui, prend réellement une photo. Conscient d'être regardé, il se produit comme celui qu'on regarde et qui entre en relation spéculaire avec (1) le (vrai) photographe (2) le spectateur et (3) le voyeur qui, un siècle et demi plus tard, regardera cette photographie.

Pour faire sens, cette étrange mise en scène suppose une série de redoublements :

- la trace physiologique du mime est enregistrée et dédoublée.

- cette trace lumineuse est esthétisée, comme on le voit à la série complexe des ombres qui se projettent sur le mur, sur les vêtements blancs et sur le corps. Ces ombres sont perçues et aussi lues par le voyeur. Cette projection reprend à son compte différents stéréotypes issus de l'histoire de l'art.

- le visage, blanchi par le maquillage et une lumière crue, se détache comme un masque. Il prend ses distances avec la physionomie du mime (le visage personnel de Charles Debureau), et apparaît comme signe.

- la main, dans un geste conventionnel, montre l'appareil photographique.

- Debureau est à la fois sujet et objet de son propre enregistrement. "La ligne qui relie sujet et objet se retourne sur elle-même pour finir et recommencer au même point" écrit Rosalind Krauss. Si Debureau jouait une simple scène (sans être photographié), il ne ferait que jouer le personnage du photographe; mais comme il est photographié, son image est spécularisée : elle intègre un miroir.

L'image, comme ensemble signifiant, dépasse le simple statut du jeu du mime. Par les moyens de la photographie, elle recrée du sens.

 

 

A l'époque où cette photo a été prise, Adrien Tournachon et son frère Gaspar-Félix Tournachon, dit Nadar, travaillaient ensemble. Leur suite d'images appelées Têtes d'expression de Pierrot a obtenu la médaille d'or dans la section photographique de l'Exposition Universelle de 1855.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Krauss
PhotoIndiciel

GE.LGE

UTournachonMime

Rang = PPhotoSens
Genre = MR - NP