Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Surréalisme, espacement                     Surréalisme, espacement
Sources (*) : Surréalisme, émanation du réel?               Surréalisme, émanation du réel?
Rosalind Krauss - "Le photographique, Pour une théorie des écarts", Ed : Macula, 1990, p119

 

-

Surréalisme, brouillage

[On peut rendre compte du surréalisme par un dispositif théorique : l'"espacement"]

Surréalisme, brouillage
   
   
   
Rosalind Krauss Rosalind Krauss
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Les penseurs qui ont abordé le surréalisme ont eu du mal à en proposer une définition simple. Rosalind Krauss propose de partir du concept d'"espacement" tel qu'avancé par Jacques Derrida. Espacer, c'est mettre de l'écart, interposer, introduire du supplément dans l'espace. Au coeur du réel, le surréalisme instaure le signe, la représentation, le mimétisme, la trouvaille hasardeuse. Ce que Breton appelle le Merveilleux ou la Beauté convulsive est une sorte d'écriture.

Si les surréalistes ont beaucoup utilisé la photographie dans leurs publications, c'est parce qu'elle opère, elle aussi, comme supplément de la vision normale. Cela vaut pour la simple photographie (sans truquage) comme pour des procédés plus complexes. Deux procédés sont particulièrement propices à l'espacement : le dédoublement et le photomontage (dont les dadaistes ont fait grand usage). Dans les deux cas, la réalité se constitue en signe. Par l'exploration du double, une chaîne illimitée de références se met en place. Le monde dans sa présence réelle (supposé laisser une empreinte immédiate) s'absente, il devient représentation, écriture.

L'espacement peut naître du cloisonné (solarisation), de la segmentation, du déplacement de fragments, de l'incorporation de cadres (existant ou non dans la réalité), de n'importe quelle brisure dans l'expérience du réel ou déchirure dans le tissu continu du monde. Ces symboles, à leur tour, s'ajoutent à l'automatisme incessant de la production du monde.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Au centre du projet surréaliste est le concept d'"écriture"

-

Le regard photographique vient en supplément de la vision normale

-

Dans leurs publications, les surréalistes ont donné la priorité à la photographie sur d'autres types d'images

-

En photographie, le redoublement est un moyen privilégié de se dissocier du réel, par production d'espacement

-

En marquant, entre ses éléments, les limites et les espacements, le photomontage dépouille la photographie du sentiment de présence et ouvre au simulacre

-

La photographie promeut le fantasme d'un rapport direct au réel

-

Le surréalisme s'est intéressé à la photographie car elle s'ajoute au réel - comme représentation, signe ou écriture paradoxale

-

L'exploration du double - ce principe structurel, formel et thématique de la photographie surréaliste - témoigne de la perte par le sujet de sa maîtrise visuelle

-

La photographie rend compte de l'espace en abyme de la ville moderne, qui - comme le surréalisme - produit en permanence une chaîne de références illimitée

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Krauss
SurrealismeEspacement

AA.BBB

ArtSurrealisme

FD.LDF

PhotoSurrealiste

EE.LEE

KraussParcours

FG.LGF

FS_SurrealismeEspacementGenre = -