Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Surréalisme, espacement                     Surréalisme, espacement
Sources (*) : La photographie, simulacre               La photographie, simulacre
Rosalind Krauss - "Le photographique, Pour une théorie des écarts", Ed : Macula, 1990, p151

 

Joie nocturne (Honore Mapier, 2011) -

La photographie rend compte de l'espace en abyme de la ville moderne, qui - comme le surréalisme - produit en permanence une chaîne de références illimitée

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Les surréalistes se sont beaucoup servi de la photographie car ils considéraient le réel comme un indice dépourvu de sens. Qu'il soit objectif (la nature, le monde) ou subjectif (l'inconscient, la pensée), il est fragmentaire, changeant, "convulsif" comme le dit Breton, toujours en attente d'un processus continu et potentiellement infini de référenciation ou de signification. Or la photographie, qui est elle-même un type d'indice, ne possède ni unité ni cohérence intrinsèques. Un photographe peut montrer la vie urbaine parisienne dans son éclatement. Les corps sont traités comme des signes où l'on peut lire le narcissisme, l'égoïsme ou la séduction des personnages. Chacun d'entre eux devient la représentation de la signification de l'autre. Ce dédoublement opère comme mise en abyme, dans lequel la surface de représentation représente (1) la situation réelle (2) une situation virtuelle réfléchie dans un miroir [ici chaque couple est la représentation de l'autre] (3) le procédé de représentation lui-même (le reflet dans le miroir comme métaphore de l'acte photographique).

 

 

Les duplications successives transforment la rigidité du réel en un champ de représentations. Dans la ville moderne, avec ses lieux privilégiés que sont (pour Aragon ou Benjamin) les passages urbains ou (pour Breton) le marché aux puces, chaque chose peut être lue comme le signe d'une autre chose. De nouvelles formes et significations ne cessent d'y surgir.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Krauss
SurrealismeEspacement

HL.LLK

PhotoSimulacre

HM.LLI

Q.abyme

Rang = QphotoReferent
Genre = DET - DET