Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Judith Butler                     Judith Butler
             

 

-

Page créée le 24 août 2011.

[A partir de Judith Butler (née en 1956)]

   
   
   
                 
                       

logo

 

- Bibliographie de Judith Butler.

 

Pourquoi le premier livre de Judith Butler, Trouble dans le Genre, paru en 1990 aux Etats-Unis et seulement en 2005 en France, a-t-il eu tant d'impact? C'est un texte philosophique, plutôt complexe, qui engage le dialogue avec des penseurs français, sur un mode théorique qui ne fait aucune concession à la vulgarisation. Sans doute est-ce cette absence de concessions, cette rigueur et cette sincérité, qui font la singularité de Butler et qui lui donnent une place aussi unique. Mais alors que dit-elle? Que ce qu'elle appelle le sexe (le sexe anatomique, biologique, physique) et ce qu'elle appelle le genre (la construction culturelle qui oppose deux sexes distincts, voire plus) sont deux choses complètement différentes, entre lesquelles dit-elle, existe une discontinuité radicale. On peut toujours croire en l'homme et en la femme comme entités ou identités distinctes, substances ou essences séparées, mais c'est une fiction, une construction du pouvoir dominant (mâle), qui voudrait imposer l'hétérosexualité obligatoire comme seule norme et seule loi. Dans une certaine mesure, il y parvient. C'est lui qui construit le corps asymétrique, genré, c'est lui qui entretient les fantasmes et les désirs. Mais il n'y parvient que dans une certaine mesure. En pratique, le genre ne se construit pas (ou pas seulement) selon la loi : il s'opère et se fait pour chacun comme acte performatif, singulier, laissant leur place aux pulsions multiples, y compris homosexuelles.

Propositions (les têtes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

[Il y a, entre le sexe du corps (biologique) et le genre (culturellement construit) une discontinuité radicale]

-

[La croyance en l'"homme" et la "femme" comme genres, identités ou noms est une fiction régulatrice]

-

[On ne peut affranchir la sexualité de la Loi, car (hétéro-)sexualité et pouvoir sont coextensifs]

-

[Le "corps" est une construction qui dépend des possibilités culturelles et des configurations de genre (toujours asymétriques) proposées par le discours]

-

[Le "genre" n'est pas un ensemble d'attributs : c'est un faire, une pratique, le produit de l'acte performatif qui le constitue]

-

Le corps est performatif : il n'a pas de statut ontologique indépendamment des actes qui constituent sa réalité

-

Investi par les normes de genre et transfiguré par l'imagination, le corps n'est ni le fondement, ni la cause du désir; il en est l'occasion et l'objet

-

A l'époque du "postféminisme", on peut définir une politique féministe qui ne soit pas fondée sur la croyance en une catégorie stable et homogène : la femme

-

La catégorie "femme" est produite par les structures de pouvoir dont le féminisme voudrait s'émanciper

-

La loi paternelle se reproduit, prolifère et s'inscrit comme une loi naturelle sur le corps féminin; et même quand il tente de s'en libérer, ce corps construit par la culture incarne cette loi

-

En tant qu'"Autres" d'un sujet toujours déjà masculin, les femmes érigées en fétiches de la représentation "sont" la différence, l'irreprésentable en tant que tel

-

Il est impossible de dissocier le "genre" des interstices politiques et culturels où il est constamment produit et reproduit

-

Le genre n'est pas un fait, c'est un style corporel, un acte à la fois performatif et intentionnel

-

Le prix à payer pour la stabilisation des identités hétérosexuelles de genre est la perte de l'objet homosexuel : un déni total de tout désir ou amour pour cette personne

-

L'hétérosexualité est simultanément un système obligatoire et une comédie, une constante parodie d'elle-même

-

Les identifications de genre résultent d'une sorte de mélancolie : avant même le tabou hétérosexuel de l'inceste, l'investissement amoureux du parent du même sexe est prohibé

-

L'hétérosexualité obligatoire implique la construction d'identités qui maintiennent une cohérence entre le sexe, le genre, la pratique sexuelle et le désir

-

On ne peut pas distinguer la fonction répressive de la fonction productive du tabou de l'inceste : il est ce qui crée le désir pour la mère, et aussi le déplacement obligatoire de ce désir

-

Pour entrer dans l'économie du désir, la femme est contrainte à une "mascarade" où elle est le Phallus

-

Nul ne saurait satisfaire entièrement la norme

-

En pastichant les identités hétérosexuelles, les gays et lesbiennes ne les reproduisent pas comme des originaux, mais les font ressortir comme des artefacts

-

Si la subversion est possible, elle se fera dans les termes de la loi, à partir des perturbations et des ouvertures qui apparaissent quand la loi se retourne contre elle-même

-

Trouble dans le genre, Pour un féminisme de la subversion (Judith Butler, 1990, traduit en français en 2005) [TDLG]

-

Bibliographie de Judith Butler

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Butler
ButlerParcours

AA.BBB

LY_ButlerParcours

Rang = zzaButler
Genre = -