Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
La transfiguration fait l'oeuvre                     La transfiguration fait l'oeuvre
Sources (*) : Arthur Danto               Arthur Danto
Arthur Danto - "L'Assujettissement philosophique de l'art", Ed : Seuil, 1993, p63

 

-

L'Orloeuvre, ouverte et inachevée

[Par l'interprétation, des objets du monde sont transfigurés, élevés au statut d'oeuvre d'art]

L'Orloeuvre, ouverte et inachevée
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

L'exemple-type de cette transfiguration pourrait être Fontaine, de Marcel Duchamp. Qu'est-ce qui différencie un simple urinoir de l'oeuvre d'art signée Mutt (pseudonyme de Duchamp), datée de 1917 et titrée Fontaine? Dans "The Blind Man" (revue publiée la même année, dont Duchamp était co-éditeur), il est écrit : "M Mutt (...) prit un objet ordinaire de la vie et le plaça de telle manière que sa signification utile disparût derrière son nouveau titre et angle de vision - il créa une pensée nouvelle pour cet objet". Voilà donc ce que Duchamp pensait lui-même de son innovation. En devenant Fontaine, l'objet réel "urinoir" devait perdre ses qualités usuelles. De même que la lecture d'un titre ou l'identification d'un seul élément d'un tableau change l'ensemble, l'affectation d'une pensée nouvelle à un objet courant le transforme en un autre type d'objet.

Donner à un urinoir le titre Fontaine n'est pas une définition ni une classification, c'est une interprétation par laquelle l'objet concerné se voit transfiguré. Ce qui l'affecte est une véritable révolution copernicienne. Voici qu'il n'est plus un urinoir, mais un readymade, une catégorie, une pensée ou une idée que nos contemporains associent à la notion d'oeuvre d'art. Si un objet identique, dans un autre contexte, était admiré comme pièce de céramique (par exemple), on pourrait aussi le qualifier d'oeuvre d'art, quoique selon une autre pensée (elle aussi nouvelle). C'est ainsi qu'à la suite d'interprétations distinctes, qui pourraient être en nombre infini, des objets indiscernables pourraient se transformer en oeuvres d'art distinctes, selon des pensées distinctes. Par exemple des carrés blancs ou rouges, tous identiques, seraient abordés, chacun, selon ses propres termes et ouvriraient des avenirs différents. Cela ne signifie pas que toutes ces interprétations seraient vraies; certaines pourraient être fausses en fonction de différents critères - tenant par exemple à la personnalité de l'artiste. Mais vraies ou fausses, elles produiraient un effet de transfiguration.

L'interprétation philosophique de Fontaine sous la catégorie du readymade ne contredit pas la lecture que Marcel Duchamp avait proposée, mais y ajoute quelque chose. Il en est ainsi pour toute interprétation dans le champ de l'art. Quelque chose déborde le simple contenu sémantique (représenté) et vient en plus, en excès. Pour désigner cette chose supplémentaire qui permet d'identifier une oeuvre d'art, Hegel parlait d'esprit. Arthur Danto parle de signification incarnée, ou encore d'esthétisation. Ce peut être une simple idée, un jugement, une lecture, une théorie, la reconnaissance d'un style, ou plus trivialement un ornement, un atour. Cette chose supplémentaire que parfois nous rencontrons dans les musées n'est jamais réductible à la forme matérielle de l'oeuvre elle-même, ni à la virtuosité nécessaire à sa confection. Sa structure est celle de la métaphore, qui implique un déplacement, une poussée vers l'inconnu, irréductible aux éléments constitutifs de l'oeuvre.

Un demi-siècle après Duchamp, on retrouve cette dimension métaphorique dans le Pop Art - qui l'associe à une exigence de bonheur et de libération à laquelle Duchamp (mort en 1968) n'aurait jamais pensé.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Pour Arthur Danto, l'art, dans son concept, a la structure d'une "esthétisation"

-

Avec "Fontaine" de Duchamp, l'art révèle l'essence philosophique qui constitue son noyau

-

Dans le domaine de l'art, chaque nouvelle interprétation constitue une oeuvre nouvelle; même si l'objet reste le même, c'est une révolution copernicienne

-

Un objet n'est une oeuvre d'art que relativement à une interprétation, grâce à laquelle il est transfiguré en oeuvre

-

Identifier, dans un tableau, un seul élément, déplace la signification de l'ensemble du tableau

-

Le monde de l'art ne saurait subsister sans théorie, car il ne peut y avoir d'identification artistique que relativement à une théorie de l'art

-

L'oeuvre d'art, en plus du contenu qu'elle présente, met en avant une idée sur la manière dont ce contenu est présenté

-

Une oeuvre d'art est une "signification incarnée" : elle demande une interprétation, une attribution de sens

-

Pourquoi allons-nous dans les musées et nous intéressons-nous à l'art? à cause de la signification des oeuvres, qui met nos vies en perspective

-

Une oeuvre d'art est toujours en excès par rapport à son contenu sémantique

-

Par l'expression, la rhétorique, le style ou la métaphore, les oeuvres d'art font de leurs moyens de représentation un usage qui déborde leur contenu sémantique

-

Pour que chacun puisse profiter de la vie présente, le Pop Art transforme en art les choses ordinaires; il transfigure les emblèmes de la culture populaire

-

La structure des oeuvres d'art est identique ou semblable à celle des métaphores

-

L'essentiel, dans l'art, est la capacité spontanée qu'à l'artiste de nous amener à voir sa manière de voir le monde : son style

-

Le titre d'un tableau est une directive pour l'interprétation, qui organise la collaboration entre l'artiste et le spectateur

-

Le monde de l'art "postnarratif" d'aujourd'hui appelle une critique d'art qui accepte d'aborder chaque oeuvre selon ses propres termes

-

L'oeuvre trouve son sujet uniquement lorsqu'elle est lue

-

[La beauté en art est l'effet d'une pensée; elle naît de l'"esprit" et non pas des sensations ni des sentiments]

-

Les oeuvres d'art sont souvent "à propos" de la virtuosité déployée lors de leur exécution

-

Le "carré monochrome" n'est ni la fin, ni le début d'une histoire de la peinture : c'est l'étendard d'un avenir ouvert

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Danto
OeuvreInterpretation

AA.BBB

DantoParcours

CI.LLI

OrloeuvreOuverte

EE.LEE

DI_OeuvreInterpretation

Rang = NInterp
Genre = -