Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Une oeuvre sans autorité                     Une oeuvre sans autorité
Sources (*) : Derrida, le cinéma               Derrida, le cinéma
Jacques Derrida - "Avec Safaa Fathy : Tourner les mots; Au bord d'un film", Ed : Galilée - Arte Ed, 2000, pp17-19

 

--- -

Derrida, la parole

Entre l'écriture cinématographique, qui est nécessairement calculée, et la parole venue à l'improviste, il y a intraduisibilité

Derrida, la parole
   
   
   
Derrida, l'écriture Derrida, l'écriture
Derrida, la traduction               Derrida, la traduction  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Par écriture cinématographique, il semble que Derrida désigne ici le travail du réalisateur sur l'image et aussi sur la voix : scénario, dialogue, prises de vues, montage. L'un et l'autre sont organisés et calculés ("les mots sont comme paralysés, frappés de mutisme, appauvris et assignés à résidence"), en fonction d'un code cinématographique imposé, par opposition à la parole improvisée, nue et sans défense, ou encore à l'image spectrale [par exemple celle d'un chat qui passe à l'improviste], avec toutes les associations imprévues et incontrôlées qu'une parole ou une image peuvent déclencher. [Il y a, sous-jacent, une distinction entre la voix, gardienne de la présence et indissociable de la vérité, et une parole datée, altérée, irréductible à la phonè - vers la fin de sa vie, Derrida valorisait la parole et ne la rabattait pas (ou plus) sur la voix].

 

 

Il y a, au cinéma, de l'intraduisible. Entre l'expérience de l'auteur (ici Safaa Tafhy) et celle de l'acteur (ici Jacques Derrida lui-même dans D'ailleurs, Derrida), entre l'écriture cinématographique et les mots tels qu'ils sont tournés, entre la langue dans laquelle le film est parlé (ici l'idiome de Jacques Derrida) [le discours philosophique] et le secret gardé par l'acteur [ce marrane, qui cache autre chose derrière le discours philosophique], entre un art cinématographique où l'iconique fait autorité et un art [cinématographique, lui aussi] dominé par la parole, entre la singularité d'un idiome et la langue (ici le français) et d'autres langues - la tension [qui est aussi celle entre l'exigence de traduire et l'intraduisible] persiste.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
ArchiOeuvreAutorite

II.LII

DerridaCinema

GE.LEG

DerridaParole

OM.LIM

DerridaEcriture

MM.LMM

DerridaTraduction

RI.LRI

UCinemaIntraductible

Rang = QCinemaParole
Genre = MK - NP