Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur le performatif                     Sur le performatif
Sources (*) :              
John Langshaw Austin - "Quand dire, c'est faire", Ed : Seuil, 1970, p52

 

Ceremonie chretienne (Gaetan Bertineau, 2011) -

Tous les actes conventionnels (rite, cérémonie) qui consistent à prononcer des mots sont exposés à l'échec

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

J.L. Austin analyse ce qu'il appelle le performatif, c'est-à-dire les cas où dire une chose, c'est la faire. En prononçant certains mots, on peut accomplir un acte, à condition que ces mots soient prononcés dans "des circonstances appropriées". Lesquelles? On peut le découvrir en analysant les cas où l'énonciation fonctionne mal. Si les mots prononcés ne sont pas les bons, si la procédure ne correspond pas aux conventions, si les personnes présentes ne sont pas celles qui conviennent, si elles n'exécutent pas les actions qu'elles devraient exécuter, si une défectuosité ou un accroc se produit, alors l'acte est raté, vicieux, défectueux. Il n'a pas lieu, il n'est pas accompli. La procédure n'est pas fausse (au sens où une affirmation peut l'être), mais malheureuse. Un tel acte - qu'on avait pourtant l'intention de réaliser - est sans effet. C'est un insuccès. Au final, il est nul et non avenu.

Tout rituel, toute cérémonie, et même tout acte juridique, est exposé à un tel risque.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Austin
AustinPerformatif

ED.LED

UPerformatifEchec

Rang = QPerformatifEchec
Genre = DET - DET