Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur le performatif                     Sur le performatif
Sources (*) :              
John Langshaw Austin - "Quand dire, c'est faire", Ed : Seuil, 1970, pp85-86

 

Bapteme dans l'Illinois (Rodgers Studio, 1900) -

Pour qu'il y ait "énonciation performative", il faut que quelque chose, au moment de l'énonciation, soit effectué par la personne qui énonce : généralement un "Je" ou une signature

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Comment reconnaître un performatif, et comment le distinguer d'une affirmation? Austin avait posé au départ le principe qu'une énonciation constative (affirmation) était vraie ou fausse, tandis qu'une énonciation performative (acte de langage) était heureuse ou malheureuse. Mais dans un second temps, cette distinction lui est apparue comme fragile. Pour que l'action performative soit exécutée, ne faut-il pas que la phrase (et quelques autres phrases et comportements associés) soit vraie? Il cherche donc un critère grammatical ou de vocabulaire qui permette de reconnaître l'énonciation performative.

Le point commun à tous les performatifs semble être l'usage de la première personne du singulier. On dit Je parie, Je donne, Je promets, etc..., et ce peut être une action, mais si l'on dit Il parie, Il donne, Il promet, etc..., il ne se passe rien d'autre qu'un constat ou une description. Il faut aussi que j'utilise le présent. Toutefois ces critères ne sont pas absolus. Austin donne une série d'exemples où le performatif est impersonnel (Vous êtes autorisé à ...) ou au passé (Vous étiez hors-jeu...). Néanmoins, même si le pronon "Je" n'est pas cité, la personne est impliquée (soit directement, soit parce que l'auteur appose sa signature), et elle doit être en scène à ce moment-là [bien que cela ne fonctionne pas pour la signature, comme le fait remarquer Jacques Derrida].

Je te baptise!

 

 

Mais Austin tient à faire remarquer que cet emploi de la première personne du singulier est étrange et spécial. Entre Je promets et Il promet, il y a asymétrie. Le premier seul contient une action.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Austin
AustinPerformatif

JD.LJD

UPerformatifLeJe

Rang = QPerformatifJe
Genre = MR - NP