Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le travail                     Derrida, le travail
Sources (*) : Derrida, analogie, "comme si"               Derrida, analogie, "comme si"
Jacques Derrida - "L'université sans condition", Ed : Galilée, 2001, pp25, 37, 51

 

L'etameur ambulant (Alphonse Legros, 1874) -

Derrida, notre époque

"Comme si la fin du travail était à l'origine du monde" : tout se passe aujourd'hui comme si, virtuellement, l'engendrement des oeuvres devait remplacer le travail réel

Derrida, notre époque
   
   
   
Ecrire dans la mouvance derridienne Ecrire dans la mouvance derridienne
L'oeuvre, au - delà du performatif               L'oeuvre, au - delà du performatif  
Un concept d'oeuvre de Jacques Derrida                     Un concept d'oeuvre de Jacques Derrida    

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

"Comme si la fin du travail était à l'origine d'un monde" (p25). Dans ce membre de phrase qui, dit-il, n'est pas une proposition, les mots importants sont "comme si". Qu'est-ce à dire?

- selon des sociologues comme Jeremy Rifkin, on assiste à une troisième révolution industrielle marquée (disent-ils) par la fin du travail. Ce constat semble, au moment où Derrida prononce sa conférence, en 1998, faire consensus. C'est la mondialisation, ce nouveau monde où le savoir et la communication, la technologie et le cyberespace, prennent le pas sur le travail. Cette mutation déstabilise l'université, elle désorganise ses lieux et ses territoires.

- Il faut prendre acte : tout se passe "comme si" un événement avait eu lieu [ou ce qui ressemble à un événement]. Même si la formule "Comme si la fin du travail était à l'origine du monde" est un simulacre, elle agit, elle est performative. Une part croissante du travail (les services, la transmission d'information), aujourd'hui, ne laisse d'autre trace que virtuelle. Que produit-on? Des fictions, des objets culturels, des réalités discursives, des oeuvres (aussi énigmatique que soit ce mot). Dans les deux sens du mot "fin" (son arrêt, sa mort, et aussi son but), le travail est affecté. On ne peut plus le situer en un lieu stable, identifiable, le classer en des métiers reconnus, dotés d'une compétence et d'un savoir-faire déterminés. Une nouvelle topologie s'instaure.

 

 

Dans la tradition chrétienne, le commencement du monde exclut le travail. Il faut choisir : soit l'harmonie originelle, soit l'expiation par le dur labeur. L'origine et la fin (le monde à-venir, le paradis) se rejoignent dans un monde sans travail, un repos éternel. Le travail est lié à la passivité, à l'affect, à la terre. La fin du travail telle que décrite par Jeremy Rifkin en 1995 est associée au devenir-mondial du monde, à la mondialisation.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaTravail

FD.LDF

DerridaAnalogie

GL.LKD

DerridaCtp

GG.LGG

DerridaIdixa

GO.LIG

ArchiOeuvrePerformatif

CG.LGG

ConceptOrloeuvre

WG.LGD

TCtp

Rang = OCtp
Genre = MR - IB