Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Arthur Danto                     Arthur Danto
Sources (*) :                
Arthur Danto - "L'art contemporain et la clôture de l'histoire", Ed : Seuil, 2000,

L'art contemporain et la clôture de l'histoire (Arthur Danto, 1997, traduit en français en 2000) [ACCH]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

p9 : Préface

p15 : I. Introduction : le moderne, le postmoderne et le contemporain

p49 : II. Trois décennies après la fin de l'art

p75 : III. Grands récits et principes critiques

p101. IV. Le modernisme et la critique de l'art pur : la vision historique de Clement Greenberg

p127. V. De l'esthétique à la critique d'art

p155. VI. La peinture et la clôture de l'histoire : la fin de la pureté

p177. VII. Le pop art et les futurs passés

p201. VIII. Peinture, politique et art posthistorique

p225. IX. Le musée historique de l'art monochrome

p257. X. Les musées et les multitudes assoiffées

p281. XI. Les modalités de l'Histoire : possibilité et comédie

---

Dans ce recueil de conférences, Arthur Danto développe la théorie de la fin de l'art qu'il avait proposée dans ses précédents textes, La transfiguration du banal et L'Assujettissement philosophique de l'art. Il se montre, d'une certaine façon, moins hegelien et plus lyotardien. Si l'art arrive à une certaine clôture (qui n'est pas ni une disparition, loin de là), ce n'est pas parce qu'il accède à une totale compréhension de lui-même, c'est parce que les récits qui structuraient son histoire sont abandonnés. Cette fin de l'art est plutôt une fin de l'histoire de l'art, qui se traduit par une prolifération des oeuvres. Le critique d'art ne peut plus s'appuyer sur des raisonnement généraux, et doit désormais examiner chaque oeuvre selon ses propres termes, sans qu'un type d'art ne réponde plus qu'un autre à un impératif historique. La prévalence de certains genres, comme la peinture ou la sculpture, est elle aussi abandonnée. Tous les médias et pratiques se retrouvent au même niveau dans le vaste conglomérat des arts visuels : installations, interventions, performances, arts de la perturbation, vidéo, photographie, art numérique, bande dessinée, mixed media, land art, body art, object art, artisanat ou tout ce qu'on voudra. C'est ce qu'on appelle l'art contemporain, cette période de liberté totale, d'entropie esthétique et de désordre informationnel.

Depuis les années 60, tout est possible, on peut faire n'importe quoi, c'est devenu un lieu commun. L'époque de l'art, qui selon Vasari avait commencé vers 1400, se termine selon Danto vers 1980, avec le Pop Art. Le modernisme à la façon de Greenberg a préservé quelque temps un désir de pureté. Cela correspondait à une époque (1880-1965) où l'on était à la recherche de fondements. La tyrannie du goût s'est encore imposée quelque temps, en privilégiant le médium ou le coup de pinceau. Mais ensuite, irréversiblement, l'avenir s'est ouvert. Même le carré monochrome a changé de signification. Il a bien fallu que les musées s'adaptent à ce contexte postnarratif où la culture populaire accédait, elle aussi, au grand art. L'expressionnisme abstrait s'est effondré dans la pratique, tout en s'accumulant dans les collections.

Pourquoi suis-je une oeuvre d'art? Plus personne ne peut répondre à la place de l'oeuvre elle-même, seule porteuse de la conscience de soi.

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

[L'art contemporain ne peut être représenté par aucun grand récit, quel qu'il soit]

[La structure des "arts visuels" d'aujourd'hui est incompatible avec l'idée d'un développement progressif]

La fin de l'art implique que désormais aucun type d'art ne répond davantage qu'un autre à un impératif historique

L'époque de l'art peut être datée : de 1400 à 1980

Avec le modernisme, les limitations de l'art sont reconnues comme un indice de sa pureté, de son absence de contamination

L'irruption du coup de pinceau a été le coup de grâce asséné au formidable pouvoir du mimétisme et de l'illusion dans la peinture

La fin du modernisme a signifié la fin de la tyrannie du goût : il est devenu possible de rompre avec l'esthétique formaliste tout en restant dans le domaine de l'art

Le modernisme est une structure qui, vers 1880-1965, cherche de nouveaux fondements à tous les aspects de la culture : art, science, philosophie, politique, morale

Le "carré monochrome" n'est ni la fin, ni le début d'une histoire de la peinture : c'est l'étendard d'un avenir ouvert

Le musée est une institution entièrement politique, instaurée pour faire naître et affermir le sentiment national

La peinture, mise à l'écart comme art bourgeois ou paradigme d'un développement progressif arrivé à son épuisement, a pu faire retour dans le contexte postnarratif des "arts visuels"

Pour que chacun puisse profiter de la vie présente, le Pop Art transforme en art les choses ordinaires; il transfigure les emblèmes de la culture populaire

Depuis les années 60, chaque oeuvre d'art pose la question : "Pourquoi suis-je une oeuvre d'art?"

La situation de la fin de l'art est celle d'un état de liberté, où tout est possible

Quand disparaît la foi dans un grand récit, alors l'art moderne se termine et l'art contemporain commence

Il n'y a pas dans l'art contemporain de style spécifique : c'est une période de désordre informationnel, d'entropie esthétique et de liberté totale

L'expressionnisme abstrait s'est effondré car, fait pour être collectionné, il ne pouvait pas remplir d'autre fonction sociale

L'Âge des manifestes a pris fin en 1964, avec le Pop Art, quand la définition philosophique de l'art s'est détachée de tout impératif stylistique

Avec le modernisme, l'art se tourne vers lui-même, les moyens et les conditions de la représentation deviennent sa préoccupation centrale

Le monde de l'art "postnarratif" d'aujourd'hui appelle une critique d'art qui accepte d'aborder chaque oeuvre selon ses propres termes

En le faisant accéder, au niveau de la conscience de soi, à sa vérité philosophique, le Pop Art a marqué la fin du Grand Récit de l'art

L'art contemporain et la clôture de l'histoire (Arthur Danto, 1997, traduit en français en 2000) [ACCH]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
DantoParcours

B2.000

YYA.2000.Danto.Arthur

Rang = ZY_Danto_ACCH
Genre = -