Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La fin de l'art, c'est la philosophie                     La fin de l'art, c'est la philosophie
Sources (*) : 1890 - 1910, le tournant               1890 - 1910, le tournant
Arthur Danto - "L'art contemporain et la clôture de l'histoire", Ed : Seuil, 2000, p107

 

Peinture pure (Theo Van Doesburg, 1920) -

Chaque art moderniste se veut pur

Le modernisme est une structure qui, vers 1880-1965, cherche de nouveaux fondements à tous les aspects de la culture : art, science, philosophie, politique, morale

Chaque art moderniste se veut pur
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Les artistes de la fin du 19ème siècle croyaient encore se situer dans la continuité du récit de l'histoire de l'art tel qu'initié par Vasari (développement progressif de la fidélité dans la représentation). Mais comme Panofsky l'expliquera en 1927, quand il qualifiera de forme symbolique la perspective linéaire, on commençait à comprendre que l'espace pouvait être organisé de plusieurs façons différentes - chacune pouvant être décrite par une iconologie spécifique - ce qui impliquait l'abandon de l'idée d'un développement linéaire. Quand on passe d'une totalité culturelle à une autre, une coupure apparaît, dont Clement Greenberg a été le théoricien pour la peinture. Autour de 1900, on a eu le sentiment que les choses ne pouvaient plus continuer comme avant. Dans de nombreux domaines comme la philosophie (avec le positivisme, le pragmatisme, la phénoménologie), la science, etc..., il fallait trouver de nouveaux fondements correspondant à un autre niveau de la conscience de soi. Chacune des disciplines s'est mise à la recherche de méthodes pour se critiquer elle-même, découvrir sa propre essence et ériger des fondements inébranlables.

Le modernisme est un questionnement collectif émanant de l'intérieur. Chez Greenberg, la peinture doit faire apparaître sa propre nature. En privilégiant la planéité sur l'illusion, elle se purifie.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Danto
ArtPhilo

IF.LIF

ArtMDD

HE.LHE

ProModernisme

ME.LEE

UModernismeFondements

Rang = QModernismeFondements
Genre = MR - IB