Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'impressionnisme                     L'impressionnisme
Sources (*) : L'opticalité moderniste               L'opticalité moderniste
Arthur Danto - "L'art contemporain et la clôture de l'histoire", Ed : Seuil, 2000, p121

 

Bords de Seine - detail (Claude Monet, 1897) -

L'irruption du coup de pinceau a été le coup de grâce asséné au formidable pouvoir du mimétisme et de l'illusion dans la peinture

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Comme critère de "la peinture en tant que peinture", Greenberg a choisi la planéité; mais il aurait tout aussi bien pu choisir le coup de pinceau. En effet, la peinture occidentale a traditionnellement voulu ignorer le coup de pinceau. On aspirait à une résolution de plus en plus fine, qui en fasse disparaître la trame, afin de voir "à travers" le tableau, comme on a l'impression de voir "à travers" la trame d'un écran de télévision. Paradoxalement, c'est avant l'invention de la photographie qu'on a le plus espéré obtenir un aspect lisse et photographique (c'est-à-dire sans trace de coup de pinceau), tandis qu'après cette invention, il fallait se différencier.

Par rapport à leurs prédecesseurs, les peintres impressionnistes ont radicalement changé de technique - ce qui explique peut-être le rejet dont ils ont fait l'objet [mais seulement dans un premier temps]. A partir de là, le mélange des couleurs n'est plus physique, mais optique. Les taches ne fusionnent pas. On ne cherche plus à les déguiser, car c'est l'oeil lui-même qui les fait disparaître dans l'image lumineuse. On ne regarde plus à travers la peinture, mais la peinture elle-même. Une certaine forme d'illusion subsiste, mais revendiquée, sans dissimulation. La technique picturale s'expose, elle devient un plaisir pour le spectateur dont le statut n'est plus celui du pur regardeur, mais du "sensualiste des pigments".

Ni les impressionnistes, ni Van Gogh ne pensaient rompre avec le mimétisme traditionnel de la peinture. Ils n'étaient pas conscients de la dynamique révolutionnaire qu'ils enclenchaient.

 

 

Dans ce détail agrandi d'un tableau de Monet sur les bords de Seine, les coups de pinceau semblent prévaloir sur l'effet d'illusion - mais c'est uniquement parce qu'on le regarde de près.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Danto
ArtImpressionnisme

KI.LKI

ModernismeOptique

IF.LIF

UCoupIllusion

Rang = QCoupIllusion
Genre = MR - IB