Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Arts visuels                     Arts visuels
Sources (*) :              
Arthur Danto - "L'art contemporain et la clôture de l'histoire", Ed : Seuil, 2000, p221

 

Qui veut jouer avec moi? (Wang Yu-ping, 2004) -

La peinture, mise à l'écart comme art bourgeois ou paradigme d'un développement progressif arrivé à son épuisement, a pu faire retour dans le contexte postnarratif des "arts visuels"

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Depuis les débuts de la Renaissance, la peinture était, en Occident, le lieu privilégié du progrès de la représentation. En proposant des représentations de plus en plus adéquates (la perspective) ou de plus en plus pures (le modernisme), elle avait fini par trouver une définition d'elle-même philosophiquement satisfaisante. Pourtant son épuisement transparaissait avec les dernières expérimentations sur la taille, la couleur ou la texture, ou avec les oeuvres intégralement noires de Reinhardt ou les tableaux exclusivement blancs de Robert Ryman. C'est alors qu'avec l'irruption du Pop Art, elle a été prise à revers. En quelques décennies, elle a perdu sa fonction d'axe central, a été condamnée pour des raisons à la fois politique (la peinture de chevalet, art bourgeois par excellence) et idéologiques (la peinture monochrome blanche comme symbole de l'artiste mâle blanc). Pour que l'art pénètre dans la vie, il fallait qu'il ne soit plus pictural.

Pourtant la peinture a fait retour dès le début des années 80, avec un élargissement spectaculaire du marché, une augmentation du nombre de collectionneurs et des prix. Le système galeries / collections / musées / publications fonctionnait à plein. Même si les peintres étaient accusés de compromission, ils vendaient. En 1981, les expositions de Julien Schnabel ou David Salle ont remporté un grand succès. Mais la différence avec la période antérieure, c'est que désormais elle ne faisait avancer aucun récit. Il y avait encore de la peinture, mais il pouvait tout aussi bien y avoir autre chose (installations, performances ou vidéos). Elle était devenue un genre parmi d'autres - ce qui ne pouvait manquer de la libérer. On pouvait à nouveau l'utiliser comme expression de soi, jouer sur toutes ses dimensions sans porter le poids d'un enjeu historique.

Tant qu'elle se considérait comme le moteur du progrès historique, la peinture devait se purger des éléments hallogènes. Mais depuis qu'elle a abandonné cette position, depuis qu'elle peut accepter en son sein des objets réels ou des lettres, elle a accru sa puissance.

 

 

La peinture chinoise moderne, émancipée depuis le départ des Grands Récits occidentaux.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Danto
DantoVisuels

HE.LHE

UPeintureRetour

Rang = PPeintureRetour
Genre = MK - NG