Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
"Ani - Yhvh", le je singulier                     "Ani - Yhvh", le je singulier
Sources (*) :              
Henri Atlan - "Les Etincelles de Hasard (tome 2 : Athéisme de l'Ecriture)", Ed : Seuil, 2003, p185

 

Nombres (7, 89) -

Quand Moïse entrait dans la tente du Tabernacle, il entendait l'écho d'une voix se parlant à elle-même

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Selon Henri Atlan, une personne ne peut dialoguer qu'avec une autre personne ou avec elle-même. On ne dialogue pas avec l'infini. Même le devin ou le prophète qui voit ou entend des signes ne fait que les interpréter comme une parole à lui adressée. On peut donc se poser la question : Quelle voix Moïse entendait-il quand il se rendait au Tabernacle? [on peut traduire l'hébreu michkan par Tabernacle, Tente d'Assignation ou Tente de la rencontre]. On trouve dans le midrach l'opinion selon laquelle la voix qu'il entendait ne lui parlait pas à lui, mais se parlait à elle-même. Cette opinion est reprise par Rachi (voir ci-contre à droite, en petites lettres). La voix circulait à l'intérieur de la tente, elle parlait entre les deux chérubins (keroubim). La voix n'est pas personnalisée dans sa source [Yhvh], mais elle s'adapte à la personne qui l'entend. Dans le Tabernacle, seul Moïse pouvait l'entendre. Il n'entendait que ce qu'il était en mesure de comprendre. Quand la torah dit : "Yhvh parla à Moïse", cela signifie qu'elle parlait du point de vue de la personne de Moïse, en fonction de ce dont Moïse lui-même avait été témoin [le Sinaï]. Moise entend ce point de vue, et lui-même lui fait dire quelque chose [quand il s'adresse au peuple d'Israël}. La parole d'"en-haut" est infinie, mais celle de Moïse est finie.

Ci-dessous la traduction du texte de la torah, Nombres (7:89), par André Chouraqui, suivie par la traduction du commentaire de Rachi par Feiga Lubecki (Ed Ness, 2000).

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Atlan
AniYhvhJe

LM.MLL

XAutorefMoise

Rang = XMoiseVoix
Genre = MR - CIT