Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur la sublimation                     Sur la sublimation
Sources (*) : Le beau et le sexuel               Le beau et le sexuel
Hubert Damisch - "Le Jugement de Pâris, Iconologie analytique I", Ed : Flammarion, 1992, pp24-26

 

Pithecanthropos Alalus (Gabriel von Max, 1894) -

Croire en la beauté

Le passage de l'homme à la station verticale, qui a rendu visibles les organes génitaux, est à l'origine de la beauté, de la pudeur, de la culture - et aussi de la prééminence de la vision

Croire en la beauté
   
   
   
Le beau, c'est le déplacé Le beau, c'est le déplacé
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La principale stimulation de la sexualité humaine est la vue. Selon Freud, cette prééminence est le résultat de ce qu'il appelle le "refoulement organique" : quand les humains se sont redressés, il y a eu un déplacement vers le haut. Ce ne sont plus les menstrues (intermittentes) de la femme qui ont excité la sexualité [de l'homme] par le biais des sensations olfactives, mais des excitations visuelles permanentes, qui avaient la vertu d'encourager la stabilité de l'institution familiale. Pour protéger homo sapiens d'une sexualité excessive, la pudeur et la culture se sont avérées indispensables.

L'homme n'est pas la seule espèce qui donne une place importante à l'excitation visuelle. On trouve des parties génitales vivement colorées et des parades amoureuses chez certains singes. Ce qui caractérise l'homme est la nécessité de protéger les parties génitales, y compris de la pulsion scopique. Le fait qu'il y ait parfois autant de plaisir à regarder qu'à s'exhiber montre qu'il s'agit bien d'une pulsion sexuelle. Mais il y a un prix à payer : le renoncement au plaisir olfactif, qui inaugure la suite des refoulements.

Finalement, c'est la perception visuelle qui l'emporte chez l'homme dans la construction de l'image du monde. Platon estimait que le passage du monde sensible au monde intelligible exigeait une initiation à la beauté. Dans la langue grecque, savoir, c'est voir (ideîn).

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Damisch
FreudSublimation

DU.LDU

BeauteSexe

DL.LDD

ArtBeau

HD.LHD

BeauSupplement

ED.LED

UVerticalBeau

Rang = QVerticalisation
Genre = MR - IB