Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le beau et le sexuel                     Le beau et le sexuel
Sources (*) : L'art, supplémen               L'art, supplémen
Hubert Damisch - "Le Jugement de Pâris, Iconologie analytique I", Ed : Flammarion, 1992, p159

 

Le Jugement de Paris (Joachem Wtewael, 1615) -

Du jugement de Pâris à la culture européenne

La beauté en art est de l'ordre du supplément

Du jugement de Pâris à la culture européenne
   
   
   
Damisch / Derrida, le beau Damisch / Derrida, le beau
Manet interroge le beau               Manet interroge le beau    
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

La beauté est le thème du Jugement de Pâris, cette légende où le berger (mortel) doit choisir entre trois déesses (immortelles) en fonction d'un seul critère : la beauté. Qu'est-ce qui le pousse à préférer Aphrodite (ou Venus), la déesse de l'amour, à laquelle, dans le tableau ci-contre, il offre la pomme [cette pomme de discorde qui conduira sa patrie, Troie, à la ruine]? Pour un concours de beauté, autant choisir la plus agréable, la plus attirante. Dans le tableau ci-contre, on voit le petit Cupidon diriger sa flèche vers Pâris. Il ne peut pas la désirer ouvertement, car ce serait rompre avec son statut de juge impartial; et pourtant, en plus de la trouver belle, il la désire, et recevra d'elle Hélène, la plus belle des femmes, en cadeau supplémentaire. Inversement, Aphrodite elle-même ne compte pas sur sa seule beauté pour l'emporter. Elle s'efforce de le séduire, et tient à ajouter à son plaisir visuel la promesse d'un plaisir sexuel : Hélène. Dans le tableau ci-contre, le peintre Joachem Wtewael laisse à Athéna son casque et à Héra son vêtement. Le berger doit choisir entre différentes espèces de beauté(s), chacune proposant une autre sorte de beauté, qui peut être vue ou lue différemment.

 

 

Au motif traditionnel du Jugement de Pâris, le peintre a ajouté une multitude de compléments : chèvres, boeufs, chiens, satyres, nymphes, angelots et coquillages, toute une faune qui entoure la scène centrale à la manière d'un cadre vivant. Un siècle après la gravure de Raimondi et sur le même thème, il accumule les figures jusqu'à la dérision, anticipant peut-être, autour de la même clairière, le geste du Déjeuner sur l'herbe de Manet.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Damisch
BeauteSexe

GD.LDG

ArtSupplement

GD.LDG

ParisOccident

ET.EET

DamischDerrida

EG.LEG

ManetBeau

FS.LSF

UBeauteSupplement

Rang = NMbeaute
Genre = MR - IB