Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Iconomystica / Economimesis                     Iconomystica / Economimesis
Sources (*) : Les nuages en peinture               Les nuages en peinture
Hubert Damisch - "Théorie du nuage - Pour une histoire de la peinture", Ed : Seuil, 1992, pp68-9

 

La messe du pere Cabanuelas (Zurbaran, 1638) -

Dans le code pictural des 16è-17ème siècles, le nuage et la colonne ont valeur de hiérophanie; ils sont substituables l'un à l'autre

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Francisco de Zurbaran, qui a travaillé pendant la première moitié du 17ème siècle, est souvent considéré comme un peintre archaïque. Ses images, commandées par les ordres monastiques espagnols, renvoient au répertoire le plus convenu de la piété traditionnelle - et justement pour cette raison, il est un excellent témoin de l'iconographie. On trouve chez lui à la fois des nuages et des colonnes. Comme le veut la convention, le nuage appartient à la sphère céleste, comme dans La vision du bienheureux Alonso Rodriguez, ce qui conduit à la division du tableau en deux registres bien distincts. Quant à la colonne, elle témoigne de la possibilité du passage d'une sphère à l'autre.

Dans le tableau ci-contre, le père Cabanuelas a la vision du symbole de l'Eucharistie. Celui-ci apparaît encadré par une nuée. Le contraste est souligné entre cette zone céleste et l'espace terrestre, organisé selon les lois de la perspective linéaire. Seul le père a cette vision mystique, car le moine qui se trouve derrière lui a le regard tourné vers le spectateur, comme pour souligner le fait qu'il appartient à notre monde. Nous avons le privilège de voir la nuée. Certes ce n'est qu'une image - mais elle participe, à sa façon, du sacré - comme (par définition) tout objet hiérophanique. Chez Zurbaran, la nuée est souvent associée à une colonne massive, qui assure la communication entre la terre et le ciel. Ici la colonne qui monte derrière la tête du père est flanquée d'une sorte de dictée divine.

Toutefois les éléments iconographiques, le nuage comme la colonne, n'ont de valeur que par rapport aux éléments qui les entourent et en déterminent latéralement (de signe en signe) la signification. N'ayant pas de valeur "en eux-mêmes", ils peuvent se déplacer.

La messe du père Cabanuelas (Francisco de Zurbaran, 1638).

 

 

Il arrive, dans d'autres tableaux, que le nuage et la colonne débordent cette fonction qui leur est assignée par le code. Ils opèrent alors comme symboles, mais aussi comme figures du mouvement, comme suppléments, ou comme éléments oniriques ou fantasmatiques ouvrant vers un autre monde.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Damisch
DamischDerrida2

EG.LEG

DamischNuage

KH.LKH

WCodeTheophanie

Rang = VTheophanie
Genre = MR - IB