Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
La lettre "vav" en hébreu                     La lettre "vav" en hébreu
Sources (*) : Lettres hébraïques               Lettres hébraïques
Sergueï Dmytryk - "La beauté de la lettre", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 24 mai 2012

 

Vav -

[Sur le vav (ou waw), lettre hébraïque]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accťder ŗ son texte

 

En hébreu, le mot vav signifie clou, crochet, pieu, suspension, cheville, ou encore rame : des objets qui servent à rapprocher, assembler, relier deux éléments ou deux rives d'un fleuve - ou qui font tenir des éléments entre eux (comme les vavim des colonnes du temple : cf Ex (38:28)). C'est aussi le mot qui signifie "et" : conjonction, coordination, rencontre. Sa forme, qui ressemble à un trait vertical, a conduit à le rapprocher du phallus masculin. C'est un trait d'union entre le haut et le bas, les hommes et Dieu. On l'a aussi rapproché des différents "canaux" du corps par lesquels transitent les échanges avec l'extérieur : oesophage, trachée artère et colonne vertébrale. En grammaire hébraïque, il indique le masculin.

Il est remarquable que cette conjonction puisse être placée au début d'un mot ou d'une phrase. Dans ce cas, par avance, il introduit l'hétérogène dans l'énonciation, dont il complète et précise le sens. C'est le cas dans la torah, où de nombreux chapitres commencent par un "vav".

Il symbolise à la fois l'union, la fécondation, la création; et la divergence, l'affection, le désir (car il ne peut pas y avoir conjonction sans séparation; on ne peut relier que des éléments qui sont, au moins partiellement, hétérogènes).

A cela s'ajoute une troisième fonction qui n'existe qu'en hébreu biblique : l'inversion du temps. Placé devant un verbe au passé, il se traduit par un futur; et placé devant un verbe au futur, il énonce le passé. Il dit donc à la fois l'accomplissement et l'inaccomplissement.

En guématria, sa valeur est 6. Si l'on associe ce chiffre aux six jours de la Création, alors il y a 6 + 1 (le chabat). On peut aussi l'associer aux six directions, à l'étoile à six branches (qui est l'union des contraires). Ce nombre restaure les relations, empêche la rupture, mais il appelle aussi à la transformation.

Dans sa forme carrée, utilisée par les cabalistes, on peut dire qu'il est composé d'un (autre) vav et d'un yod - cette dernière lettre étant indivisible. Dans l'alphabet hébreu, il est suivi par la lettre zaïn [vers laquelle il semble se tourner] et précédé par le he, lettre du féminin [vers laquelle il présente sa face droite].

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

La conjonction "et", comme le "vav" hébraïque, introduit par avance l'"heteros" dans ce qu'elle conjoint

-

En hébreu biblique, un vav placé devant un verbe dit l'accomplissement ou l'inaccomplissement

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Serguei
CabVav

AA.BBB

CabLettre

LF.CCD

XXCA_CabVav

Rang = zyVav
Genre = MK - NG