Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Marc Crépon                     Marc Crépon
Sources (*) :                
Marc Crépon - "Elections - De la démophobie", Ed : Hermann, 2012, Page créée le 2 juin 2012

Elections - De la démophobie (Marc Crépon, 2012) [EDLD]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

p7 : Introduction

p25 : I. Du vote blanc et de l'abstention

- 1. Le "vote blanc" selon Saramago

- 2. De la démophobie au "consentement meurtrier"

p57 : II. L'apprentissage de la démocratie

p83 : III. La démocratie introuvable?

p113 : Conclusion, "Pour quoi voter?"

---

On peut considérer ce texte comme une défense de la démocratie, contre les dictatures bien sûr, mais aussi contre cet autre ennemi plus sournois, moins déclaré, que Marc Crépon appelle la "démophobie". Les démophobes se prétendent les premiers défenseurs de la démocratie, mais contre qui? Contre le peuple. Ils vivent le peuple comme une menace. N'est-il pas inculte, instable, incompétent? Ne réagit-il pas en fonction de ses intérêts et de ses affects? Bien que la démocratie soit, en principe, faite pour lui, le démophobe se croit qualifié pour la protéger contre lui. De l'extrême-gauche (Badiou) à la droite (Alain Finkelkraut) et à l'université (Bernard Stiegler) en passant par Nietzsche, la démophobie au sens de Marc Crépon traverse tous les courants de pensée. Mais l'ambition de ce texte ne se limite pas à une dénonciation des "démophobes". Il pose une question plus large et plus difficile. Où commence et où finit la démocratie? Le pouvoir n'est jamais détenu par le peuple, mais toujours confisqué par une oligarchie que son savoir, sa compétence, l'intérêt national, etc..., sont supposés légitimer (avec l'onction du vote). Face à cette oligarchie, le peuple (au sens plébéien) ne serait rien s'il ne pouvait contester, critiquer, résister. Cette possibilité ne tient pas seulement à un partage résultant d'un rapport de force (comme le soutient Jacques Rancière); elle dépend du fonctionnement d'institutions subordonnées à certains principes qu'on peut qualifier de transcendants - même si Crépon n'utilise qu'une seule fois ce mot : justice, égalité, et surtout hétérogénéité constitutive de l'Un souverain. Ici Marc Crépon rejoint l'un de ses thèmes favoris : dans la démocratie, ce qui doit être, selon lui, partagé, ce sont les idiomes singuliers, ces inventions imprévisibles qui font irruption en des lieux inattendus, non programmés. Car ce qui fait peur dans la démocratie, ce qui la rend redoutable et scandaleuse, c'est que n'importe qui, indépendamment de sa naissance, son âge, son intelligence, son savoir, sa compétence supposée, puisse faire entendre sa voix. Les démophobes ne supportent pas ce type de souveraineté populaire, qu'ils confondent avec l'abêtissement, l'ignorance ou la manipulation. Ils considèrent les faibles et les pauvres comme des mineurs perpétuels dont il faut se protéger. Tout ce qui vient perturber les hiérarchies traditionnelles leur semble dangereux, y compris la technologie. Mais celle-ci, comme la démocratie, est toujours ambiguë. Comme le pharmakon derridien, la démocratie peut être jugée bonne ou mauvaise selon le moment ou le point de vue. Elle peut opérer comme un remède et aussi comme un poison. Elle est mixte. D'un côté, le pouvoir est toujours exercé par une oligarchie, mais d'un autre côté, la possibilité d'une contestation dans l'espace public reste toujours ouverte. La démocratie doit donc être défendue contre ses ennemis et aussi contre les démophobes qui s'en réclament - car l'expérience montre que quand la peur du peuple s'organise, se structure, elle peut conduire à un démocide.

Ceux qui critiquent les défauts de la démocratie doivent aussi mesurer les risques que comporterait sa disparition ou son auto-destruction. On a vu dans les révoltes de 2011 qu'elle pouvait être objet de désir, qu'on pouvait choisir de mourir pour elle. Ceux qui n'ont rien d'autre à mettre en commun que leur liberté ne veulent pas être comptés pour rien. Ils refusent d'occuper la place qu'on leur assigne, exigent leur part dans les institutions politiques. Le régime politique sort de ses gonds. Il montre son hétérogénéité, son ouverture. Car la démocratie, par essence, est traversée par la pluralité. Elle n'est réductible à aucune identité, aucune appartenance, aucune allégeance. On ne peut pas la programmer. Elle peut toujours faire irruption de manière incalculable.

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

[Il n'est d'avenir démocratique que pour un souverain (le peuple) inconditionné, indéterminé, hétérogène, ouvert]

[La démocratie est, par excellence, le régime du "pharmakon" : celui où l'on est en droit de dire que ce qui est présenté comme un poison est un remède et vice-versa]

[Les démocraties sont hantées par un spectre : la "démophobie", qui tend à restaurer les oligarchies et les hiérarchies dont elles limitent le pouvoir]

La démocratie, objet de désir, précède toujours son apprentissage : elle se fait en s'anticipant

La démocratie est un régime mixte où le pouvoir est confisqué par une oligarchie, mais où cette confiscation peut être contestée de toutes les façons possibles

Ce qui rend la démocratie redoutable et scandaleuse, c'est qu'elle est le pouvoir de n'importe qui

La démocratie est le lieu où les inventions idiomatiques de la singularité, multiples et imprévisibles, sont partagées

Il n'est pas de démocratie sans que les institutions ne se rapportent à un principe transcendant : justice, égalité, hétérogénéité constitutive de l'Un souverain

Dès lors qu'elle est instituée et programmée, la "démophobie" conduit toujours à un "démocide"

Comme la "démophobie" dont elle est inséparable, la "technophobie" joue sur l'ambiguité de la technique : à la fois remède et poison, protection et menace

Le peuple ne se laisse identifier à aucune classe ou catégorie déterminée à l'avance; aucune forme d'appartenance ne saurait en circonscrire les limites

Elections - De la démophobie (Marc Crépon, 2012) [EDLD]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
CreponParcours

B2.012

YYA.2012.Crépon.MarcRang = ZYCrepon_EDLD
Genre = -