Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le temps                     Derrida, le temps
Sources (*) : Les mots de Jacques Derrida               Les mots de Jacques Derrida
Pierre Delain - "Les mots de Jacques Derrida", Ed : Guilgal, 2004-2016, Page créée le 19 juin 2012

[Derrida, le temps]

Autres renvois :
   

Derrida, la présence

   

Derrida, date et signature

   
                 
                       

1. Un mouvement d'auto-affection pure, aporétique.

Le concept "vulgaire" du temps, tel qu'il est accepté en Occident depuis Aristote, accorde au présent un privilège inouï : celui de produire le sens, la raison et la vérité. Dans cette tradition, l'espace est pensé à partir d'un temps présent homogène, celui du maintenant ou de l'instant ponctuel, qui prédétermine silencieusement, en secret, toute temporalité. Mais c'est éluder l'aporie qu'Aristote avait repérée dès le départ : si le temps n'est composé que de maintenants, on ne peut pas dire s'il est ou s'il n'est pas. Cette omission initiale constitue la métaphysique.

Mais on peut aussi prendre l'aporie pour point de départ. La circularité que repère Aristote apparaît comme une limite, qui permet de penser l'impossible possibilité qu'est le temps. Puisque les maintenants ne peuvent pas coexister, il faut reconnaître que le temps est cela même qui efface le temps. L'absence n'est pas la négation ou le remplacement d'une présence, mais tout autre chose : la trace écrite ou le gramme. La trace n'a pas à être vraie, ni même présente; elle n'a pas même à être, elle est à l'oeuvre, elle ouvre un espacement, un intervalle dans le temps comme dans la parole. C'est cet espace-temps-là, celui de la trace, que nous habitons.

La formulation d'Hamlet, The time is out of joint (Le temps est hors de ses gonds) n'est pas spécifique à la pièce de Shakespeare, ni à l'époque d'Hamlet, ni à la nôtre [bien que cette formulation puisse être lue comme la formule même du contemporain]. Elle tient à l'impossibilité du présent. Le temps fissure la possibilité d'une simple identité à soi. Dans cette désarticulation, ce changement continuel, il faut, pour exister dans le présent, le remettre en place.

 

2. La source du temps.

Avant le temps, un mouvement irréductible, engendré par rien, ouvre une possibilité / impossibilité. Jacques Derrida le nomme : auto-affection pure. Pour qu'il s'enclenche, il suffit que je parle (c'est le mouvement de la voix) ou que je sois simplement vivant. Il arrive avec une force excessive, comme une marche ou un pas. Il y a du temps, et je ne peux rien en dire, je ne peux en parler que par métaphore.

 

3. Une structure en anneau.

Le temps est associé à la figure du cercle (ou de la sphère). Il est rythmé par la course du soleil, sa révolution. Comme l'économie, il semble revenir toujours à son point de départ (circulation, distribution, partage). Mais il arrive que le cercle ne se referme pas sur lui-même. Dans ce moment de fissure ou d'effraction, une force (la différance) interrompt la circularité. Le temps ne passe plus, il opère à la façon d'un don, en excès, en démesure par rapport à la circulation usuelle. Au lieu de faire retour dans une régularité, chaque date singulière devient indéchiffrable, irréductible au concept et au savoir. En en appellant à une date ultérieure, hétérogène, tout autre, elle résiste à la pensée. Ceci peut arriver par un événement, une oeuvre, un poème, ou encore par un acte performatif : un pardon, une bénédiction, une malédiction. Ayant rompu le cercle, le temps donne à l'autre son propre temps, son temps irréductiblement sien.

 

4. Le temps d'aujourd'hui : peut-être.

A l'époque des médias, des télé-technologies, le temps réel semble rendre directement perceptible un présent éloigné. Mais ce n'est qu'une illusion produite par des dispositifs techniques, un effet de différance, qui transforme la perception et l'expérience. Le présent-vivant ne survit que divisé, spectralisé.

Y a-t-il une spécificité de notre temps, de ce temps-ci, de notre époque? Peut-être, dit Derrida. S'il y en avait une, ce serait celle de l'espace et du temps virtuels du "peut-être". Cette époque qui n'a pas de nom est aspirée par une singulière modalité du possible, qu'on ne peut rencontrer dans la réalité du présent mais qui ne cesse de s'annoncer dans son imminence, son immédiateté. C'est celle de la phrase téléiopoétique qui, dans le temps même où elle fait venir, éloigne la venue.

Pour que l'espace public ne soit plus subordonné aux effets de présent, il faut, aujourd'hui, travailler avec l'intempestif. La fidélité à un passé qu'on ne peut jamais s'approprier, la promesse qui endette le temps lui-même, l'ouverture à l'avenir, telles sont quelques'unes des figures que prend cette tâche.

Dans ce contexte, le cinéma occupe une place particulière. C'est lui qui met en oeuvre la question de l'espacement - comme le philosophe lui-même a pu le vivre, en tant qu'acteur, dans un film (D'ailleurs Derrida). Le film est, dans le même temps, vécu au présent et intemporel. Le temps s'y retire, précipitant une structure qu'on retrouve aussi dans l'amitié.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Le concept vulgaire du temps, toujours répété d'Aristote à Hegel, repose sur le privilège du présent, un "droit inouï" supposé produire le sens, la raison, la vérité

-

L'omission de la question sur l'"être du temps" constitue la métaphysique comme telle

-

Dans la tradition métaphysique, le point et l'espace sont pensés ensemble, dans la même circularité, à partir de l'espacement du temps

-

Le temps est le nom d'une impossible possibilité : l'impossibilité pour un instant de coexister avec un autre, qui s'éprouve comme possibilité

-

Le temps est cela même qui efface le temps; il ne se donne à lire que dans le cercle où s'écrit cet effacement

-

Dès avant le temps, un pas se dédouble et tourne sur lui-même avec une force excessive - sans vérité ni représentation, sans limite entre l'ascension et la chute infinies

-

Dans "Il y a de l'être" ("Es gibt Sein"), ne sont donnés que l'être et le temps, qui ne sont rien

-

Dans la chose qu'on donne, à même cette chose, une force qui n'est rien [la différance] donne le temps

-

En pensant le temps sous le mode de la présence, on introduit aussi un cercle, une limite à partir de laquelle peuvent être pensés le gramme et la possibilité de la trace

-

A l'origine du sens, une archi-écriture de la trace est à l'oeuvre; elle ouvre un espacement, un intervalle dans le temps comme dans la parole

-

Le point-source du temps est auto-affection pure

-

Qu'en est-il de la voix et du temps? Tous deux reproduisent l'auto-affection pure, ce pur mouvement qui n'est engendré par rien, et dont on ne peut parler que par métaphore

-

Nous habitons a priori l'espace-temps de la trace

-

Le temps, repensé à partir de la différance dans l'auto-affection, fissure la possibilité d'une simple identité à soi

-

"The time is out of joint" : par l'effet de la chose spectrale, le temps est désarticulé; "I was born to set it right!" : il faut que je le remette droit

-

Le don est un mouvement de différance temporelle qui diffère de l'échange par l'excès, la démesure

-

Partout où domine le "temps comme cercle", le don est impossible - il ne peut y avoir don qu'à l'instant où une effraction a lieu dans le cercle

-

Par la poésie, il faut laisser parler ce que l'autre a de plus proprement sien : son temps - son propre temps, il faut le donner à l'autre

-

Pour qu'arrive le pardon, l'excuse ou le parjure, un performatif ne suffit pas, il faut une oeuvre : une blessure, une interruption, une rupture dans l'ordre du temps

-

Il s'agit, dans la promesse, d'un désoeuvrement : le temps s'endette auprès d'un autre

-

La phrase messianique ou téléiopoétique est travaillée par un drame : dans le temps où elle fait venir (présence), elle éloigne la venue (absence)

-

Il est impossible de concevoir le contemporain car, à chaque génération, la formule d'Hamlet s'applique : "The time is out of joint" (le temps est hors de ses gonds)

-

Seule la technique peut opérer l'"effet" de temps réel qui n'est qu'un effet particulier de différance

-

En tant qu'oeuvre, un film "met en oeuvre" la question de l'espacement

-

L'art promet d'être fidèle à un passé qui le préoccupe, mais qui ne se laissera jamais ranimer dans l'intériorité d'une conscience

-

Le temps se retire doublement de l'amitié : il faut qu'elle soit à chaque instant réitérée à neuf; et il faut qu'elle survive, qu'elle résiste à l'épreuve du temps

-

Transformer l'espace public oblige à travailler dans un autre temps où la perspective est renversée, où il faut compter avec l'intempestif

-

Une religion commence, avant la religion, à la bénédiction des dates, des noms et des cendres

-

Une affirmation inconditionnelle et ineffaçable, soustraite à toute discussion, rend la judéité absolument unique : "Être juif, c'est être ouvert à l'avenir"

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaTemps

AA.BBB

DerridaCheminements

TE.MPS

AG_DerridaTemps

Rang = zQuoisDerridaTemps
Genre = -