Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le sujet, le moi                     Derrida, le sujet, le moi
Sources (*) : Derrida, le don               Derrida, le don
Jacques Derrida - "Donner le temps. I. La fausse monnaie", Ed : Galilée, 1991, pp19, 38

 

Stop (Louis Soutter, 1937-42) -

Le cercle est un symbole, le symbole du symbolique même - qui se produit dès qu'un sujet arrête le don

Autres renvois :
   

L'évasure du Cercle

   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Pour l'économie comme pour le temps, la figure du cercle est centrale. L'économie implique l'idée d'échange, de circulation, de retour au point de départ; tandis que le procès ou le mouvement du temps sont souvent représentés sous la forme d'un cercle ou d'une sphère. A ce privilège du mouvement circulaire, sur lequel Marcel Mauss lui-même a attiré l'attention, Jacques Derrida oppose le don, qui interrompt la circularité. Supposons un don dans lequel ni le donateur, ni les donataires n'apparaîtraient. Il n'y aurait ni rétention ni échange. Le lieu du don se situerait avant tout rapport au sujet, en-deça du symbolique. La circularité (celle du temps comme celle de l'économie) serait interrompue. Au contraire l'échange symbolique engage, immédiatement, dans une restitution. Quand un don est gardé en mémoire, le sujet qui donne y trouve une gratification spéculaire, une approbation de lui-même (consciente ou inconsciente). C'est le règne du calculable, du rituel de la dette. En échangeant des objets, des choses ou des symboles, le sujet poursuit une maîtrise, une domination. Le symbolique annihile la promesse du don, il prend acte de son impossibilité.

 

 

Citation de Jacques Derrida (p39) : "Là où il y a sujet et objet, le don serait exclu. Un sujet ne donnera jamais un objet à un autre sujet. Mais le sujet et l'objet sont des effets arrêtés du don : des arrêts du don. A la vitesse nulle ou infinie du cercle".

---

- John : Le don est comme l'oeuvre, il est inarrêtable.

- Jean-Yves : Tu veux dire que si un sujet l'arrête, alors le don, comme l'oeuvre, est annihilé?

- John : C'est exactement ça.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaSujet

HH.LHH

DerridaDon

LD.KLD

UCercle

Rang = OCercle
Genre = MK - NG