Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le cinéma, machine imitante                     Le cinéma, machine imitante
Sources (*) :              
Jean-Louis Comolli - "Corps et cadre - Cinéma, éthique, politique", Ed : Verdier, 2012, p16

 

Polanski en 1979, pendant le tournage de Tess -

Le cinéma se filme lui-même en train de filmer, il se manifeste comme autoréflexif

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

En filmant, la machine garde trace de toutes les opérations qu'elle effectue. Elle enregistre automatiquement toutes les conditions matérielles de l'enregistrement - le cadre, la lumière, la durée, les gestes de ceux qui la manoeuvrent, le contexte, y compris celui qui ne se voit pas. Elle ne peut donc pas ne pas se filmer.

Comme en photographie, tous les détails qui passent à travers la lentille de l'objectif pourront être vus ultérieurement, même ceux qui sont toujours passés inaperçus.

La machine excède la volonté de ceux qui la manipulent, elle met en jeu un monde qui leur a échappé. Elle capte ce qui dépasse la conscience, elle confronte le spectateur à ce qu'il ne voit pas.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Comolli
CinemaTechnique

CF.LDF

UCinemaAutoref

Rang = PCinemaAutoref
Genre = MK - NP