Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Cinéma, croyance et dénégation                     Cinéma, croyance et dénégation
Sources (*) : Le montage, machine à illusions               Le montage, machine à illusions
Jean-Louis Comolli - "Corps et cadre - Cinéma, éthique, politique", Ed : Verdier, 2012, pp93-4

 

Chronophotographie d'Etienne-Jules Marey -

Derrière la fluidité et la continuité vivantes du cinéma se succèdent les photogrammes instantanés, squelettes discontinus du film

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le même mot, "photogramme", n'a pas le même sens dans le langage de la photographie ou dans celui du cinéma. En photographie, ce sont des images réalisées sans appareil, en disposant des objets ou des formes sur du papier sensible soumis à la lumière. Pour le cinéma, ce sont les images instantanées qui défilent l'une après l'autre (au minimum 24 par seconde dans le cas du cinéma parlant). La caméra analyse le mouvement, l'arrête, le décompose en images fixes, fragmentaires, discontinues, le fixe sur une pellicule, tandis qu'à partir de la pellicule le projecteur recompose la série. Pour donner l'illusion du mouvement, il faut à la fois une succession d'images et empêcher le spectateur de voir et d'analyser cette succession. Le mouvement ne se situe pas dans le photogramme individuel, mais dans le moteur de la machine.

Sur la pellicule, chacun des photogrammes est séparé du suivant par un mince trait noir (l'interimage), une fraction de non-visible qui s'intercale entre deux images arrêtées. Leur succession forme un squelette qui, en prenant vie sur l'écran, fait une danse macabre. Chaque photogramme arrête le temps pendant 1/24è de seconde, puis se recompose avec les autres, comme dans un film d'animation.

 

 

L'image numérique ne change pas fondamentalement cette discontinuité. On ne parle plus de photogrammes, mais d'images qui se succèdent au rythme de 25 par seconde (pour une fréquence de 50 hz). L'inscription digitale est faite d'une suite de traces et d'effacements qui défilent sur l'écran, mais en définitive, on n'est pas très loin des chronophotographies d'Etienne-Jules Marey.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Comolli
CinemaCroyance

ME.LEE

ArtMontage

CG.LEG

WCinemaPhotogramme

Rang = SCinemaPhotogrammes
Genre = MR - NP