Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Cinéma ou spectacle                     Cinéma ou spectacle
Sources (*) : Cinéma muet               Cinéma muet
Jean-Louis Comolli - "Corps et cadre - Cinéma, éthique, politique", Ed : Verdier, 2012, p110

 

-

Un nouveau genre de cinéma muet apparaît aujourd'hui, où l'agir élimine la parole, où les personnages n'éprouvent plus le désir de dire

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Selon Serge Daney, pour qu'il y ait cinéma, il faut qu'au moins un spectateur soit à l'écoute et implique son regard. Mais lorsque dans les films eux-mêmes, les paroles se raréfient, les personnages engagés dans un perpétuel passage à l'acte ne disent plus rien, quand une succession de déflagrations les remplace, alors on est en présence d'une sorte de cinéma muet qui n'appelle pas l'écoute. Comme dans l'audiovisuel, une parole vaine et répétitive est inaudible. Elle est entendue, mais pas comme parole : comme bande-son qui disqualifie la délibération, comme bruit du monde (comparable à celui qui est diffusé par les télévisions), comme système normatif qui sépare le corps filmé de l'effet de chair ou du grain de la voix. Avec les lenteurs de la parole disparaît aussi la durée. Les images se prêtent à tous les jeux de montage : accélérations, rythmes, plans courts qui - comme dans les interviews - désarticulent l'énonciation.

Le cinéma dit "muet" n'est pas silencieux. Bien qu'ils ne soient ni enregistrés, ni reproduits, ni audibles, les personnages ouvrent la bouche et profèrent des sons. Le spectateur n'entend pas ces sons, mais il sait que des paroles sont échangées et peut en deviner le sens.

Dans La dernière bande, pièce de théatre de Samuel Beckett (1958), une bande inusable ne cesse de tourner et diffuse une parole inaudible, que nul n'écoute.

 

 

Dans le mutisme du cinéma contemporain, on régresse en-deça des débuts du cinéma. Dans une sorte de pantomime, on préfère éviter le risque de l'ambiguité et de la dissémination du langage. Les personnages s'exilent hors parole, voire hors pensée, dans une version réduite de la subjectivité où le sujet ne peut plus avouer sa complexité, sa fragilité, ses états de crise et de grâce.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Comolli
SpectacleCinema

HJ.LKK

CinemaMuet

EP.LEP

WCinemeMuetCtp

Rang = VCinemaMuticise
Genre = MH - NP