Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Louis Soutter, l'inépuisable                     Louis Soutter, l'inépuisable
L'oeuvre et ses parerga, double invagination               L'oeuvre et ses parerga, double invagination
Michel Thévoz - "Louis Soutter (1871-1942) Catalogue d'exposition dirigé par Hartwig Fischer", Ed : Kunstmuseum, Bâle, 2003, pp65-66

 

Brousse (Soutter, 1937/42) -

Le cadre, convention précaire

Pour Louis Soutter, les bords de l'oeuvre ne fonctionnent pas comme limites mais comme fêlures, champs déstabilisateurs où les mots-titres sont des grammes

Le cadre, convention précaire
   
   
   
Poussées de l'art - gramme Poussées de l'art - gramme
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Pour Soutter, les bords de la feuille sur laquelle il dessinait ne fonctionnaient pas comme une limite orthogonale (celle du cadre spatio-temporel auquel nous sommes habitués), mais comme une surface disponible, un horizon lointain auquel, de proche en proche, il finissait par se heurter. Il ne débutait pas un dessin sur une idée, une esquisse, une anticipation ou un projet. Il l'inventait au fur et à mesure, emplissant l'espace, changeant le sujet, multipliant les anamorphoses et les dérives et faisant durer le plus longtemps possible un état d'indécision qui ouvrait la voie à toutes les transformations imaginables.

Dans le dessin ci-contre, on peut voir les lettres BROOU-S-E inscrites dans le coin, en bas à droite. Il a commencé à écrire le mot, a répété le O, puis le U et un seul S, et enfin (sans resserrer les lettres) il a inscrit le E en bas. S'il avait pu déborder le cadre, peut-être l'aurait-il fait. En tous cas ce sont les historiens de l'art qui ont catalogué son oeuvre et ont instauré ce titre "Brousse", écrasant l'inexactitude et l'imprécision des lettres écrites.

Soutter ne vise pas le sens, il s'en remet "à la logique incontrôlable du signifiant" écrit Michel Thévoz. Il prend le parti de la ligne contre la représentation, du trait ou du gramme contre la signification, ce qui libère une extraordinaire énergie [en témoigne ici le mouvement des figures, leur marche en avant].

 

 

L'oeuvre de Louis Soutter n'a pas d'autre sens ni d'autre objet que sa "différance", dont le mouvement, comme on le voit sur ce dessin réalisé "au doigt", mène en-dehors du cadre.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Thevoz
SoutterParcours

FD.LEF

ArchiOeuvreParerga

PL.LLK

ArtCadre

EH.LEG

ArtGramme

FG.LGF

W.LimiteTitre

Rang = WSoutterBord
Genre = MK - NG