Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le Caravage détruit la peinture                     Le Caravage détruit la peinture
Sources (*) : Perspective, énonciation, sujet               Perspective, énonciation, sujet
Louis Marin - "Détruire la peinture", Ed : Champs-Flammarion, 1997, p53

 

Les israelites autour de la manne (Poussin, 1637) -

Pour apprécier le tableau de Poussin "Les Juifs se regroupant autour de la manne dans le désert", il faut que le regard soit libre, mais il ne faut pas qu'il soit errant

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le Brun repère un "contraste judicieux" entre d'une part des groupes de figures séparés les uns des autres, entre lesquels le regard peut "se promener", et d'autre part le fait que dans ces groupes, les figures soient jointes, liées les unes aux autres, ce qui au contraire "arrête la vue". C'est ce contraste qui procure (selon Le Brun) un mouvement conforme à l'histoire que raconte Poussin, une histoire légèrement différente du récit biblique : au lieu d'une rosée tombée la nuit, l'on assiste à la chute de la manne au petit matin; et Poussin, pour accentuer l'effet dramatique, oublie que dans la bible les Hébreux ont reçu les cailles avant la manne, et n'étaient donc pas si affamés.

Louis Marin fait observer qu'en liant le regard, la pluralité des figures transforme un contenu perceptif en "lieu de lecture". Dans sa belle harmonie, le tableau est une totalité d'oppositions et de différences. Il n'est pas organisé de manière symétrique, comme le dit Le Brun, mais dans un mouvement zigzagant, un jeu subtil de lignes obliques.

Célèbre tableau de Nicolas Poussin, peint en 1637, intitulé aussi parfois : "Les Israëlites se regroupant autour de la manne".

 

 

Dans sa conférence tenue en 1667 à l'Académie royale, Le Brun met en scène le tableau de Poussin. Il faut en voir, dit-il, la composition d'ensemble et les différentes parties.

Avant-plan : Deux groupes de personnages séparés par un espace vide. A gauche, une femme assise en bleu et rouge donne le sein à sa vieille mère en jaune, le visage tourné vers un jeune enfant qu'elle est désespérée de ne pas pouvoir aussi secourir. Un homme debout l'observe, surpris et admiratif devant son acte de charité, tandis qu'un autre homme est assis par terre, appuyé sur un bâton. On voit aussi un vieillard le dos nu auquel un jeune montre la manne tout en lui parlant et en l'aidant à se lever. A droite, une femme portant un petit enfant tourne le dos. Elle fait un signe de la main à un jeune homme qui tient une corbeille de manne. Près d'elle, deux garçons se battent, un homme et une femme recueillent de la manne, une fille reçoit dans sa robe ce qui tombe du ciel, un homme goûte et un autre, à genoux, semble prier. Entre les deux, l'espace vide débouche sur les prophètes.

Second plan : les Anciens du peuple, avec Moïse le bras levé vers le ciel et Aaron, habillé de blanc, en prière. Certains remplissent des vases, tandis que d'autres remercient le ciel.

Arrière-plan : un paysage rocheux avec un campement, des tentes, des montagnes, des collines et tout un peuple. Le ciel est plein de nuages noirs et partiellement obscurci par la nuée de manne.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

MarinLouis
CaravagePoussin

FF.LDF

MarinPerspective

JG.LKG

VJuifsManne

Rang = WPoussinLecture
Genre = MR - IA