Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le juste                     Derrida, le juste
Sources (*) : Derrida, l'autre               Derrida, l'autre
Jacques Derrida - "Donner le temps. I. La fausse monnaie", Ed : Galilée, 1991, p183

 

Obscure est ma passion (Louis Soutter, 1930-37) -

Derrida, la loi, le droit

La demande de l'autre - muette, infinie, insupportable - n'est pas seulement une imploration, c'est aussi une figure de la loi qui exige la justice

Derrida, la loi, le droit
   
   
   
               
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

 

Sortant avec son d'un lieu de consommation (un tabac), culpabilisé par sa récente dépense inutile, le narrateur rencontre un pauvre, un mendiant. Il lit dans son regard une demande absolue, un appel. Devant l'obligation de faire la charité, il laisse une pièce. C'est un moyen de payer sa dette, de procéder à un échange de type sacrificiel : une pièce contre un statut, un don contre la réinsertion du mendiant dans le circuit de l'économie et du symbole. Mais la demande de l'autre, son imploration, débordent cette économie. Malgré les efforts pour atténuer l'inquiétude du narrateur, elle revient toujours comme un spectre. Faire la paix avec un mendiant est une chose compliquée. La demande est impérieuse, insupportable, elle vient d'au-delà du système, d'au-delà des frontières du droit, et les calculs qu'on peut faire, la parade de générosité, ne peuvent rien contre son regard muet que Baudelaire compare à celui d'un chien. C'est l'éloquence muette de ce regard qui persécute, qui porte la loi, cette loi du juste toujours en excès par rapport à la loi courante. Quoiqu'ils fassent, les deux amis sont sommés de se présenter au procès, de comparaître devant l'autre. Mais tandis que le narrateur accepte cette comparution, son ami la refuse. Il commet l'impardonnable : répondre au regard suppliant par une fausse monnaie.

§3 de La fausse monnaie, de Baudelaire : "Nous fîmes la rencontre d'un pauvre qui nous tendit sa casquette en tremblant. - Je ne connais rien de plus inquiétant que l'éloquence muette de ces yeux suppliants, qui contiennent à la fois, pour l'homme sensible qui sait y lire, tant d'humilité, tant de reproches. Il y trouve quelque chose approchant cette profondeur de sentiment compliqué, dans les yeux larmoyants des chiens qu'on fouette".

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaJuste

DF.LFD

DerridaAutre

RF.LFE

DerridaLoi

FD.LDF

UDemandeJustice

Rang = Mdemande
Genre = MR - IA