Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le don                     Derrida, le don
Sources (*) : Derrida, plaisir, jouissance               Derrida, plaisir, jouissance
Jacques Derrida - "Donner le temps. I. La fausse monnaie", Ed : Galilée, 1991, pp185-6

 

Tete d'un clochard (Laszlo Mednyanszky, 1896) -

Derrida, auto - affection

Donner par surprise à l'autre, tel est le plus grand plaisir qu'on puisse se donner, celui qui fait surgir le nouveau au plus proche de la cause de soi, de l'auto-affection

Derrida, auto - affection
   
   
   
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Jacques Derrida commente un passage de "La fausse monnaie" de Baudelaire, où l'ami du narrateur donne à un pauvre une pièce de grande valeur, mais fausse : L'offrande de mon ami fut beaucoup plus considérable que la mienne, et je lui dis : Vous avez raison; après le plaisir d'être étonné, il n'en est pas de plus grand qui celui de causer une surprise. La survenue de l'événement, du nouveau, de l'inanticipable, voilà qui causerait le plus grand plaisir, d'abord pour soi-même, et ensuite pour l'autre. Ce plaisir pourrait être comparé aux jouissances les plus enivrantes (pour Baudelaire), celles qui sont causées par le tabac ou la drogue.

Le plus grand plaisir, dit le narrateur, c'est de causer à l'autre une surprise - ce mot étant pris au sens fort d'événement inanticipable, sans cause prévisible, de survenue du nouveau. D'où vient ce plaisir surprenant, imprévisible? D'une auto-affection dit Derrida. Quand je donne à l'autre sans que l'autre n'y soit pour rien, je me donne. Devant un autre sans défense, ouvert, je brise le cercle de la répétition, et c'est cette brisure, qui est aussi une violence, qui déclenche le plaisir. L'autre ne lâche ses protections que dans une situation qu'il ne connaît pas, une situation qui, en pratique, n'arrive jamais, car l'auto-affection n'est jamais pure. L'autre ne se laisse pas surprendre. Qu'il accepte le don ou qu'il le refuse, il revient dans le cercle, il se laisse emprisonner, empoisonner, il s'engage dans un procès de circulation ou d'endettement qui interrompt le don.

Ce visage de clochard stupéfait a été peint en 1896 par le peintre hongrois László Mednyánszky, une trentaine d'années après la publication posthume du Spleen de Paris.

 

 

En principe, le don pur ne devrait rien donner qui soit présent, il ne devrait en rester aucune substance. Il devrait être oublié à l'instant même du don. Si c'était le cas, il n'apparaîtrait pas, il ne pourrait pas surprendre. Telle est son ambivalence, sa structure paradoxale.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDon

GS.LSS

DerridaPlaisir

OG.LGF

DerridaAutoAffection

IJ.LJI

ULedonNouveau

Rang = ODonPlaisir
Genre = MR - IA