Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Styles, proportions du corps                     Styles, proportions du corps
Sources (*) :              
Erwin Panofsky - "L'oeuvre d'art et ses significations, Essais sur les arts "visuels"", Ed : Gallimard, 1969, p76

 

Mosaique de l'eglise Ste-Prassede (Rome) -

Le système médiéval des proportions du corps repose sur un schématisme planimétrique qui finit par oublier son origine cosmologique et astrologique

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Par rapport à l'Antiquité grecque, le style médiéval est "aplani" : il est dépourvu d'ombre et de modelé. Il tend vers la planéité, mais sans supprimer complètement les motifs en profondeur. La position de trois quarts est la plus courante, mais le profil absolu ou la vue frontale ne sont pas interdits. En cas de présentation oblique, les pieds semblent être vus de face, et les épaules semblent difformes.

Dans le système byzantin, la hauteur totale du corps est divisée en neuf unités. La face fait 1, le torse 2, la partie inférieure de la jambe 2, la partie supérieure 2. La longueur de nez fait 1/3, de même que le sommet de la tête, la hauteur du pied et la gorge. La largeur de la moitié de la poitrine fait 1 1/3, les longueurs internes de l'avant-bras et du bras 1, la main 1. On retrouve les mêmes mensurations en Italie à la fin du Trecento (Cennino Cennini), et à peu de choses près au mont Atos; elles survivent encore au 17è et 18è siècle. Il est possible que ce système ait une origine cosmologique, mais son principal avantage est de permettre la construction rapide d'un corps à l'aide d'un compas. Pour la tête, il existe un système à trois cercles largement répandu.

Le système gothique s'éloigne encore plus de la structure organique du corps humain. Il est de plus en plus stylisé, avec un système de lignes surimposé à la forme humaine (Villard de Honnecourt) et l'utilisation du triangle, voire du pentagramme. Mais le gothique tardif revient sur cette tendance, et se rapproche de l'observation subjective.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Panofsky
ProportionsStyles

GG.LDG

WMyaCorpsMesure

Rang = WMoyenAgeMesure
Genre = MR - IA