Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'inconscient, la lettre                     L'inconscient, la lettre
Sources (*) :              
Jacques Lacan - "Ecrits", Ed : Seuil, 1966, pp497-501- L'instance de la lettre dans l'inconscient

 

Hommes-Dames (Tjara Omshak, 2012) -

L'algorithme saussurien du signe, formalisé S/s, est une pure fonction du signifiant (S), sous lequel glisse le signifié (s)

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

On peut, selon Lacan, pointer l'émergence de la linguistique comme science par cet algorithme : S/s - même si Saussure lui-même a proposé d'autres schémas différents de celui-ci. Si le signifiant et le signifié sont des ordres distincts, séparés par une barre, il n'y a pas de correspondance bi-univoque entre le mot et la chose. Le signifiant ne représente aucun signifié et ne dépend même pas d'une signification pour exister. Un signifiant renvoie à un autre signifiant, et un signifié à un autre signifié. Entre les deux, la barre résiste.

Structurés en phonèmes (eux-mêmes organisés en couples différentiels), les signifiants se matérialisent dans la lettre. Ils se composent en chaînes signifiantes, selon les lois d'un ordre fermé (la grammaire, le lexique). Dans la phrase avec sa ponctuation, ils anticipent sur le sens - mais aucun élément de la chaîne ne consiste dans la signification.

Si Lacan parle de glissement du signifié sous le signifiant, c'est pour insister sur le caractère déterminant de la fonction signifiante. Par le franchissement de la barre, c'est le signifiant qui passe à l'étage du signifié - une structure qui permet à la chaîne signifiante de signifier, le cas échéant et par métonymie, tout autre chose que ce qu'elle dit.

Un train arrive en gare. Un petit garçon et une petite fille, assis l'un en face de l'autre, se trouvent chacun en face d'une porte. "Tiens, dit le garçon, on est à Dames! - Imbécile! répond la fille, tu ne vois pas qu'on est à Hommes!".

 

 

Le schéma ne prend sens que par la juxtaposition des deux termes : Hommes/Dames (signifiant) au-dessus de la barre, l'image de deux portes jumelles en-dessous (signifié). Dans le rapport entre deux signifiants se pose la question de leur place dans la réalité - ainsi les deux portes, dans l'exemple humoristique de Lacan, ne reçoivent-elles leur sens que des signifiants "Hommes" et "Dames".

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lacan
LacanLettre

EC.LEC

USigne

Rang = GSigne
Genre = DET - DET