Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'inconscient, la lettre                     L'inconscient, la lettre
Sources (*) :              
Jacques Lacan - "Ecrits", Ed : Seuil, 1966, p515- L'instance

 

Structure de la metaphore selon Jacques Lacan (1957) -

L'effet de signification, métaphorique, se produit par franchissement de la barre, dans la substitution du signifiant au signifiant

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Pour donner un exemple de cette trope ou figure de style qu'est la métaphore, on cite souvent le vers de Victor Hugo : Sa gerbe n'était pas avare ni haineuse. Ici la gerbe se substitue à Booz [qui accepte de prendre Ruth pour épouse après son veuvage]. On prend un mot pour un autre, et plus les deux mots sont distants, plus la métaphore est créative, poétique. Entre le signifiant occulté et celui qui le remplace, une étincelle jaillit. On devine que ce n'est pas la gerbe qui n'est ni avare, ni haineuse, mais Booz, et que celui-ci, [malgré son âge], est encore fécond. On annonce à mots couverts sa future paternité [dont descendra David, ancêtre du Messie].

La métaphore renvoie "au point précis où le sens se produit dans le non-sens" (p508). C'est là, dans le franchissement de la barre, qu'arrive le mot d'esprit (Witz), le "mot" par excellence de la langue française. Lacan se réfère à Freud qui appelle Verdichtung, condensation, cette superposition des signifiants.

Dans la partie gauche de la formule (f(S'/S)) s'opère le franchissement de la barre horizontale par substitution d'un signifiant S' à un signifiant S. Contrairement à la métonymie qui n'apporte aucune signification nouvelle, un effet de signification se produit. En se rapprochant, les deux signifiants S et S' produisent une "étincelle" poétique, une création de sens, qui explique le + de la partie droite de la formule ((S (+) s). Lacan met le petit s (signifié) en italiques, pour souligner l'écart qui le sépare du signifiant grand S.

 

 

Le mécanisme de la métaphore serait celui du symptôme. Au signifiant du trauma sexuel (S), resté énigmatique, se substituerait une chaîne signifiante (S'); avec cette réserve que, dans le cas du symptôme, la signification produite resterait inaccessible au sujet conscient.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lacan
LacanLettre

FH.LDD

UMetaphoreSignif

Rang = RMetaphore
Genre = MK - CIT