Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la différance                     Derrida, la différance
Sources (*) : Derrida, l'origine               Derrida, l'origine
Jacques Derrida - "Un témoignage donné", Ed : in "Questions au judaïsme" Desclée de Brouwer, 1996, pp98-9

 

Street Art -

Derrida, eschatologie, messianique

La différance, ce désir eschatologique d'originarité, est aussi le mouvement qui disloque et barre l'origine

Derrida, eschatologie, messianique
   
   
   
Derrida, le judaïsme Derrida, le judaïsme
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La différance, pour Derrida, est une structure originaire : une ouverture de l'histoire, de l'historicité, un mouvement actif qui produit les différences, les oppositions, l'écriture, le "différer" lui-même (retard originaire, temporalité), qui ouvre la parole, le sens, etc... Mais n'est-elle pas aussi, demande Elisabeth Weber, en tant qu'elle ouvre à une question inouïe, à un savoir à venir, un concept eschatologique? Et même, n'est-elle pas d'abord un concept eschatologique, qui se retourne en concept d'origine?

En grec, eskhaton (ἔσχατον), est le neutre de ἔσχατος, eskhatos, le dernier, l'extrême. La différance est paradoxale : d'un côté un mouvement vers cet extrême comme archi-origine, vers ce qui est avant l'origine (que celle-ci soit dans le passé ou l'avenir); et d'un autre côté un mouvement furtif qui retarde (ou avance) sans cesse cette origine, qui la barre. L'archi-origine est en même temps hétérogénéité absolue, altérité, et restauration du même; elle est plus et moins qu'une origine. Séparée d'elle-même, disloquée, "différe/ante", elle n'est pas ce qu'elle est. Il n'y a pas d'origine dit Derrida, pas de premier ni de dernier, mais il y a [vers elle] un mouvement de la différance.

Comment interpréter à partir de là des formules comme Je suis le dernier des eschatologistes, ou Je suis le dernier des Juifs? Avec leur part d'humour et d'ironie, elles relancent le paradoxe de la différance : le dernier des Juifs est le plus eschatologique (puisqu'il est le dernier), mais cette surenchère ne s'arrête pas, elle est infinie, il n'y a ni dernier ni dernier des derniers. Le moins rejoint le plus.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDifferance

YC.LJD

DerridaOrigine

XG.LGG

DerridaMessie

EF.LEF

DerridaJuifs

DV.LDV

UDifferance

Rang = HDifferanceOrigine
Genre = MK - NG