Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le Nu idéal                     Le Nu idéal
Sources (*) :              
Kenneth Clark - "Le Nu, tome 1", Ed : Hachette, 1969, p136

 

L'Aphrodite de Cnide (Praxitele, 350-340 avant J-C) -

Avec l'Aphrodite de Cnide, la beauté triomphe : la force obscure du désir est compensée par le calme, la sérénité et la pudeur

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Elle s'apprête à entrer dans le bain rituel qui doit restaurer sa pureté (mais pas sa virginité). Peut-être a-t-elle été surprise, car de sa main droite elle dissimule son pubis. Que fait-elle avec son bras gauche levé? Tient-elle son vêtement, ou bien esquisse-t-elle un geste destiné à dissimuler sa poitrine? Et sa main droite cache-t-elle vraiment son sexe, ou le montre-t-elle au fidèle? Après tout peu importe, car l'essentiel est l'équilibre général de la composition. Pline l'Ancien raconte que les habitants de Cos auraient refusé l'Aphrodite nue de Praxitèle, à laquelle ils auraient préféré une Aphrodite vêtue qu'il aurait sculptée en même temps. C'est ainsi que l'Aphrodite nue aurait été transférée à Cnide dont elle aurait fait la fortune, car elle y serait devenue une attraction touristique et religieuse attirant de nombreux visiteurs. Dans cette ville de la côte méridionale de l'Asie mineure, Aphrodite a toujours été vénérée - et de préférence nue plutôt qu'habillée. La statue était, selon un auteur grec (dit le pseudo-Lucien), placée dans une petite chapelle ouverte sur le devant, pour qu'on puisse contempler sa blancheur éclatante, en contraste avec la verdure environnante. Les pélerins ne prétendaient pas l'admirer pour sa beauté, mais pour son attrait sensuel. Contre un léger pourboire, on pouvait aussi la contempler de derrière, en pénétrant dans la chapelle par une porte fermée à clef. On raconte qu'un jeune homme se serait laissé enfermer dans la chapelle pour copuler avec elle; et aussi que Cnide aurait refusé de vendre la statue à Nicomède I de Bithynie, malgré le prix élevé qui était proposé. Selon une autre anecdote, Aphrodite serait elle-même descendue du ciel pour voir à quoi ressemblait la statue.

Comme déesse, elle était sacrée, et aussi l'incarnation du désir physique. Cette ambivalence se traduit dans sa posture, son léger sourire, ses lèvres entrouvertes, ses geste ambigus. Son modèle aurait été la maîtresse de Praxitèle, la courtisane Phryné, dont on pouvait admirer les formes grâce à une autre statue en bronze doré.

On dénombre actuellement 49 répliques grandeur nature de la Vénus de Cnide. Leur qualité est inégale, mais l'ensemble permet de se faire une idée de l'original.

On l'appelle aussi Vénus de Praxitèle, et on dit que Botticelli s'en est inspiré pour la Naissance de Vénus. Mais le tableau qui, dans la peinture européenne, occupe une place équivalent à la Vénus de Cnide dans la peinture antique est la Vénus endormie de Giorgione.

 

 

Cette statuette conservée à Munich a été découverte dans la Villa dei Quintili dans les environs de Rome. on l'appelle Braschi du nom de la collection à laquelle elle a appartenu. Actuellement conservée dans la glyptothèque de Munich, c'est une copie du 1er siècle avant J-C de l'original de Praxitèle, daté d'environ 360 avant J-C.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Clark
NuditeIdee

FJ.LLD

WAphroditeCnide

Rang = WAphroditeBeaute
Genre = MR - IA