Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Nudité, regard, désir                     Nudité, regard, désir
Sources (*) : Art, figurabilité               Art, figurabilité
Georges Didi-Huberman - "Ouvrir Vénus - Nudité, rêve, cruauté", Ed : Gallimard, 1999, p53

 

La deploration du Christ, detail (Botticelli, vers 1495) -

On ne peut pas regarder un Nu botticellien comme une forme idéale de l'art : il n'est figurable que sur le fond d'une menace, d'une inquiétude mortelle

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Quand, à la fin du 15ème siècle, dans la Florence de Savonarole, il représentait un corps nu (celui du Christ mort, comme ci-contre, ou celui de Vénus), Botticelli avait nécessairement à l'esprit les différentes nudités distinguées par la théologie :

- la nuditas naturalis : celle d'Adam devant Dieu,

- la nuditas temporalis : celle du pauvre ou du moine dépourvu de biens terrestres,

- la nuditas virtualis : celle de l'innocent, ou du pécheur après qu'il se soit confessé,

- la nuditas criminalis : celle du débauché qui finira en enfer.

En peinture, ces différents aspects sont inséparables. La beauté du Nu idéal n'est concevable que sur un fond d'impureté. Derrière l'harmonie formelle, il y a toujours une tension, le sentiment d'une humiliation, un sacrifice de la chair. Cela vaut pour la Naissance de Vénus, pour le Baptême du Christ, comme pour la Déploration ci-contre. Entre d'une part la chair humaine, traversée d'empathie et de désir, et d'autre part l'incarnation du Verbe, on ne peut pas trancher, malgré les objurgations de Savonarole.

La déploration du Christ mort, détail (Sandro Botticelli, vers 1495).

 

 

Même quand elle est merveilleusement enveloppée d'arabesques et de voiles, la nudité est inquiète, le corps mortifié, martyrisé, blessé. Pour l'humaniser, il faut montrer sa souffrance, prouver sa modestie.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

DidiHuberman
DidiNudite

EG.LEG

ArtFigurabilite

KG.LKD

UNuInquietude

Rang = RBotticelliNu
Genre = MR - IA