Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Nudité, regard, désir                     Nudité, regard, désir
Sources (*) : L'oeuvre allie à "autre chose"               L'oeuvre allie à "autre chose"
Georges Didi-Huberman - "Ouvrir Vénus - Nudité, rêve, cruauté", Ed : Gallimard, 1999, pp94-95

 

Nu feminin (Auguste Rodin) -

On peut comprendre la nudité comme un glissement vers quelque chose qui se dérobe sans trêve, une ouverture vers un monde secret

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Quel est le trait ontologique fondamental de la nudité? Se déshabiller, se dévêtir, faire choir sa robe, mais pas seulement. Il s'agit aussi, comme dans Madame Edwarda de Georges Bataille, de présenter la vulve ouverte, cette plaie vive, noire, "angoissante comme un trou". Il y a dans la nudité une ouverture menaçante qui excède le Nu comme genre érotique ou artistique. Cette ouverture n'est pas sans rapport avec le rêve et l'angoisse. C'est un processus, une opération désirante, déconcertante, inconvenante, pas toujours obscène mais glissant vers l'obscénité. Le sujet est suspendu à ce glissement, cette provocation.

La nudité, selon Bataille, se dérobe à la représentation distincte. Elle met l'être en mouvement, elle ouvre le monde comme on ouvre une infinité de possibles et aussi comme on blesse un corps, non sans cruauté, ou comme on sacrifie l'intégrité d'un organisme. Le monde en sort agrandi, mais incompréhensible. Elle joue sur un paradoxe ou une tension entre les formes de l'être (la Vénus reclose, de marbre), et le déchirement, la perte, l'inquiétude (l'Olympia de Manet). Son attrait tient à sa profanation, sa souillure. Elle annonce, comme la beauté, des contenus qui nous font horreur. Elle n'a rien de simple, ni de naturel, ni de sauvage. Prolongée au-delà du vêtement, la dénudation atteint la peau, devient mortifère.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

DidiHuberman
DidiNudite

DD.LEE

OeuvreAutreChose

LH.KJJ

UNuditeOuverture

Rang = PNuOuverture
Genre = MR - IA