Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Peter Szendy                     Peter Szendy
             

 

-

Page créée le 9 février 2013.

[A partir de Peter Szendy]

   
   
   
                 
                       

logo

 

- Bibliographie de Peter Szendy.

 

Quelle est l'énigme qui, derrière ses livres, travaille Peter Szendy? Malgré les innombrables nuances et réserves dont il habille ses dires, il semble bien que ce soit celle de l'oeuvre. Mais attention! Il ne s'agit pas de la question banale (métaphysique), "Qu'est-ce qu'une oeuvre?". Non. Ce serait plutôt : Mais ce qui se nomme oeuvre, là, qu'est-ce que ça nous fait? Et il se pourrait bien que ça ne nous ait pas toujours fait la même chose. Il se pourrait bien que le régime d'écoute ait bougé et bouge encore, à chaque oeuvre. Ce régime d'écoute transformé par la modernité, il se pourrait bien qu'il soit encore à venir, à chaque oeuvre et pour chaque corps. Car la musique a d'abord à faire avec le corps, le corps singulier, ses organes et les membres fantômes qui lui poussent quand il devient musicien.

Devant le déploiement d'un espace musical unifié, dématérialisé, mondial, où prolifèrent les "tubes" et les marchandises musicales, Szendy suggère de remettre en jeu la puissance d'invention de ce corps. Cela passe par une renonciation à son pouvoir d'unification et par un autre déploiement corporel, qui autorise et favorise les idiotismes, déliaisons, écarts et espacements.

Propositions (les tÍtes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

[L'essence de l'oeuvre n'est jamais donnée à l'avance : entre appropriation et désappropriation, elle est toujours à venir]

-

[En art, le sujet véritable est l'oeuvre, non l'artiste]

-

[La musique généralise, au-delà de toute psychologie expérimentale, l'expérience des membres fantômes]

-

[Avec la modernité s'est produite une mutation de l'écoute musicale : en devenant écoute-d'une-oeuvre, elle s'est autonomisée, donnant lieu à des droits et des devoirs]

-

[L'inouï du "tube" (cette chanson obsédante), c'est qu'il noue le singulier et le banal, l'unique et le cliché, l'incomparable et l'interchangeable, la psyché et le marché]

-

[Un traçage de la vue, archi-trace du regard filmique, qu'il faudrait appeler l'"archi-road movie", ouvre la pré-perspective du cinémonde]

-

La structure de l'image filmique est testamentaire : pour témoigner d'une date unique, singulière, elle la répète, la cite, la réduit en cendres

-

Dans l'oreille de chacun est greffé un corpus invisible, qui gouverne les lois de l'audition

-

Devant et derrière le chef d'orchestre, ce qui est en jeu est la fabrique d'un corps collectif

-

S'il y a, au cinéma, un genre apocalyptique, sa loi peut se dire : "la fin du monde, c'est la fin du film; ou la fin du film, c'est la fin du monde"

-

Un film présuppose un archi-décalage impossible à montrer : l'écart filmique comme tel

-

Dans chaque film opère un compte à rebours : comme une apocalypse, le temps du cinéma est toujours sur le seuil de sa fin

-

Un "routage" règle l'expérience filmique comme telle, dans l'écart chaque fois unique entre l'écouter et le voir : le "routage des sens"

-

Penser ou interpréter un corpus, c'est le façonner par des mots, le prendre dans des "effictions" - cette figure de rhétorique où se contractent l'efficace et la fiction

-

L'écoute musicale s'accompagne d'un double sentiment de devoir et de responsabilité : "Il faut écouter, tu dois écouter!"

-

Dans le régime moderne de l'écoute, il faudrait que ce soit l'oeuvre qui s'écoute - résorbant en elle l'auditeur

-

L'écoute silencieuse, attentive et respectueuse, totalement soumise à la loi de l'oeuvre, nait à la fin du 18ème siècle autour de la figure du musicien sourd : Beethoven

-

Aujourd'hui surgit, sous forme de déliaison et de brouillage des frontières, l'espacement originel qui dispose les corps à faire son

-

La musicalité la plus propre aux corps producteurs de son est l'autophonie - filiation des corps sonores entre eux

-

Laisser s'inscrire la puissance d'invention idiomatique du corps musicien, d'infimes déliaisons, écarts et corps-à-corps, tel est l'enjeu de l'engagement musical d'aujourd'hui

-

Le musicien virtuose installe dans son corps un autre corps inconnu, inquiétant, dont les membres fantômes semblent jouer d'eux-mêmes

-

Le propre des mélodies obsédantes, des "tubes", c'est leur force d'irruption réitérée, leur "réiterruption"

-

Plus les corps sonores se disloquent, plus est relancé le fantasme d'un espace musical qui les unifierait, par une sorte de magnétisme ou d'hypnose collective

-

Une oeuvre musicale configure elle-même sa réception - elle met en oeuvre les moyens qui rendent possibles son appropriation par l'auditeur, son écoute

-

Une oeuvre n'est oeuvre que si elle laisse ouvert le désir d'écouter, si elle laisse à désirer l'écoute de l'autre

-

La notion d'oeuvre musicale n'émerge que lentement, en corrélation avec le droit d'auteur, et se consolide au 19ème siècle en liaison avec le régime moderne d'écoute

-

La notion d'oeuvre est un présupposé impensé de la critique d'art

-

L'expérience de l'oeuvre se joue dans une tension, un aller-retour entre sa lettre et son inscription dans un corps étranger

-

Le mot latin pour oeuvre, "opus", désigne à la fois l'activité qui conduit à l'oeuvre et son résultat

-

La sonorité forme un modèle privilégié pour le renvoi de soi à soi par lequel, en se sentant sentir, un sujet a lieu

-

Une instrumentalité générale, originelle, dispose le corps humain au sonore

-

Traduire un texte ou arranger une composition musicale, c'est faire désirer l'original, viser en lui sa demande de survie, son instabilité ou son incomplétude

-

Un "tube" est une chanson qui va à sa propre rencontre : la voix de la marchandise musicale se parle et se reconnaît elle-même

-

Avec le "tube" (cette chanson obsédante), l'accès au plus singulier de soi, au plus caché, passe par la circulation et la survie de l'absolument quelconque

-

Une mélodie obsédante (chanson ou "tube") est un affect qui reste en puissance, la pure promesse d'une interdiction, d'une censure, d'un devenir-secret, sans contenu déterminé

-

Le "road movie", qui est le genre pour lequel il y va du cinéma comme tel, inscrit la condition de possibilité de l'expérience cinématographique dans le cinémonde

-

Les arrangeurs sont les seuls auditeurs de l'histoire de la musique à écrire et signer leurs écoutes

-

Par la propagation à l'écran de la destruction, certains films donnent à voir, dans un "archi-travelling" apocalyptique, le désajointement du monde

-

Dans "Blow Out" (Brian de Palma, 1981) est à l'oeuvre une déconstruction de la greffe audio-visuelle : démontée, mise en scène dans son impossibilité, elle est réinscrite dans le fantasme

-

Avec les DJs, la production, la reproduction et la réception du son tendent à se confondre : les Disc Jockeys sont des auditeurs, qui produisent en concert leur audition

-

Avec la reproduction mécanisée de la musique, l'autorité de l'auteur est affirmée et ébranlée; l'oeuvre reproduite est un écho spectral de son nom, et aussi une dépossession

-

Avec la numérisation commence pour la musique l'époque de la plasticité : c'est l'auditeur qui, en intervenant à même la musique et son texte, fait oeuvre

-

L'idéal moderne de l'oeuvre, qui exige qu'elle soit respectée, laissée intacte, s'impose pour la musique vers le milieu du 19ème siècle

-

L'invention par Edison, en 1877, du phonographe, premier appareil capable de reproduire la voix parlée, a contribué à élargir la "juridicisation" du sonore

-

Une mélodie obsédante porte une structure d'aveu : elle ouvre le mouvement d'une confession qui n'a pas encore de contenu ("L'ombre d'un doute", film d'A. Hitchcock, 1943)

-

Ecoute, une histoire de nos oreillles, précédé de Ascoltando, par Jean-Luc Nancy (Peter Szendy, 2001) [EHDNO]

-

Membres fantômes des corps musiciens (Peter Szendy, 2002) [MFCM]

-

Tubes - La philosophie dans le juke-box (Peter Szendy, 2008)

-

L'Apocalypse-cinéma - 2012 et autres fins du monde (Peter Szendy, 2012) [LAC]

-

Bibliographie de Peter Szendy

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

szendy
SzendyParcours

AA.BBB

LY_SzendyParcours

Rang = zzszendyPartir
Genre = -