Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'essence de l'oeuvre                     L'essence de l'oeuvre
Sources (*) : La tâche du traducteur               La tâche du traducteur
Peter Szendy - "Ecoute, une histoire de nos oreilles", Ed : Minuit, 2001, pp70-74

 

Partition mozarabique de la cathedrale de Leon -

Traduire un texte ou arranger une composition musicale, c'est faire désirer l'original, viser en lui sa demande de survie, son instabilité ou son incomplétude

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

On peut, selon Peter Szendy, rapprocher l'arrangement d'une musique de la traduction d'un texte. A l'un comme à l'autre, on reproche souvent de manquer d'originalité. Les traductions, comme les arrangements, ne sont pas considérés par les juristes comme des oeuvres à proprement parler, mais comme des oeuvres dérivées, en position seconde par rapport à l'original. Et pourtant, si l'on suit Walter Benjamin dans La tâche du traducteur, l'un comme l'autre, la traduction comme l'arrangement, répond à une demande vitale de l'original : survivre.

Il ne s'agit pas, dans la traduction, de transférer le sens d'un texte (supposé immuable) dans un autre, mais de prendre acte du fait que l'oeuvre, comme la langue, est vivante. Depuis le départ, elle est étrangère à sa propre langue. Pour continuer sa maturation, elle doit rester plastique. Le traducteur ou l'arrangeur tire parti d'une autre langue. Leur texte ne se substitue pas à l'original (il est lui-même intraduisible, puisque toute nouvelle traduction devra se faire depuis l'original) mais le transforment ou le déforment, le font muter dans une langue qui, elle aussi, continue de vivre. Ce qui est visé n'est pas déjà là, mais à l'horizon des traductions successives. Le traducteur ne dit rien d'autre qu'un rapport de langue à langue, entre plusieurs langues, appelé par l'original.

 

 

La lettre du texte ou de la composition continue, à travers les traductions, à résister. Elle reste incommunicable. C'est cet incommunicable, cette pure littéralité, ce pur langage, ou encore ce texte sacré qui sont visés à l'horizon de la traduction - et emportés par elle.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

szendy
OeuvreEssence

FD.LDF

BenjaminTraduction

WM.LMM

UTraductionLitteral

Rang = NTraduction
Genre = MR - IA