Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Paul Audi                     Paul Audi
Sources (*) :                
Paul Audi - "Discours sur la légitimation actuelle de l'artiste", Ed : Les Belles Lettres, 2012,

Discours sur la légitimation actuelle de l'artiste (Paul Audi, 2012) [DLAA]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

On trouve dans ce remarquable petit texte rédigé sur la base d'une communication prononcée en novembre 2010, deux thèses distinctes et contradictoires.

A/ Quoiqu'en disent les artistes, il leur est impossible de se légitimer eux-mêmes en tant qu'artistes. Seule une instance extérieure, l"art-et-la-culture", peut leur apporter cette légitimation.

B/ Il existe pourtant un critère qui qualifie l'artiste comme tel : sa responsabilité. S'il arrive à répondre de son activité créatrice, sur les plans éthique, esthétique et politique, alors il peut trouver en lui-même sa légitimité.

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

[Ce qu'on appelle l'"art et la culture" est l'unique et ultime instance susceptible de légitimer la qualification d'artiste]

[Le seul critère non critique ni normatif qui qualifie l'artiste comme tel, est sa responsabilité : répondre de ce qu'il fait, de son activité créatrice]

L'"anartiste" est cet "artiste" qui prétend s'affranchir de toute instance extérieure et ne se légitimer comme artiste que par sa puissance créative ou performative

Seule une instance distincte de lui pourrait légitimer la nomination de l'artiste en tant que tel - or une telle instance serait illégitime, car contraire à sa souveraineté de principe

Il y a dans toute définition officielle de l'artiste - comme celle de l'UNESCO - une violence performative : elle crée un droit, elle fait la vérité, elle stabilise le sens

Être conséquent pour un artiste, c'est ne pas faire de sa création la négation de l'idée même de création

Le mot "artiste" est apparu pour la première fois dans un document officiel en 1798, quand la Révolution a été confrontée à des choix fiscaux

La responsabilité de l'artiste, c'est de rendre la vie encore et toujours possible, pour le compte des autres comme pour le sien propre

Vouloir vivre dans une société où la création comme telle soit défendue dans son principe - telle est la responsabilité politique de l'artiste

Notre temps est celui où les artistes ne doivent plus à la teneur même de leur art d'être ce qu'ils sont

Dans l'oeuvre "d'art" moderne, l'artiste pose chaque fois la question de son essence; il chante la gloire de "l'art" qui en chaque oeuvre se met en oeuvre

Pour Joseph Beuys, la force de légitimation de l'artiste ne tient pas à son dire performatif, mais à la capacité humaine à créer ses propres conditions de vie

A force de dénoncer le système de l'art, certains "artistes" finissent par se soumettre entièrement à ses règles - qui sont celles de l'industrie culturelle

Discours sur la légitimation actuelle de l'artiste (Paul Audi, 2012) [DLAA]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
AudiParcours

B2.012

YYA.2012.Audi.Paul

Rang = ZYAudiDLAA
Genre = -