Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la déconstruction                     Derrida, la déconstruction
Sources (*) : Derrida, le juste               Derrida, le juste
Jacques Derrida - "Force de loi - le "Fondement mystique de l'autorité"", Ed : Galilée, 1994, p22

 

Le travail des enfants aux USA -

Derrida, nos tâches

Pour la déconstruction, le problème de la justice est essentiel - même s'il ne peut être "adressé" qu'indirectement, de manière oblique

Derrida, nos tâches
   
   
   
Du mal radical aux inconditionnalités Du mal radical aux inconditionnalités
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Citation de Jacques Derrida (p22) : Il est normal, prévisible, souhaitable, que des recherches de style déconstructif aboutissent dans une problématique du droit, de la loi et de la justice. Il insiste, il nous dicte presque cette phrase qui peut sembler étrange à des oreilles derridiennes. Le normal, le prévisible, le souhaitable, ne sont-ils pas au contraire les ennemis les plus directs de la déconstruction? Celle-ci ne vise-t-elle pas avant tout l'imprévisible, l'inanticipable, le singulier? Et plus loin il en rajoute : "Ce serait même leur lieu le plus propre, si quelque chose de tel existait". Y aurait-il un lieu propre à la déconstruction? Non justement. Peut-être y a-t-il un lieu aux "recherches de style déconstructif" (avec lesquelles il tient à prendre ses distances), mais, de lieu propre à la déconstruction, il n'y en a pas. Et pourtant le thème de la justice, même s'il n'apparaît pas explicitement, est central dans les textes de Jacques Derrida dont il donne une liste plutôt large : Glas, Spéculer - sur Freud, Devant la loi, Admiration de Nelson Mandela, Déclarations d'indépendance, etc..., et aussi autour de différents thèmes comme le don, la singularité ou l'incalculable.

Le titre du colloque dans lequel il intervient, La déconstruction et la possibilité de la justice, est donc légitime, à condition d'introduire une réserve : il y a entre la déconstruction d'une part, et la justice comme thème objectivable (c'est-à-dire le droit), étudiable avec toute la compétence requise d'autre part, une hétérogénéité de principe. "La" déconstruction, dans le sens de Derrida lui-même et non pas du "style déconstructionniste", ne peut intervenir de manière calculée dans les institutions. Tout ce qu'elle peut faire, c'est 1/ Y intervenir obliquement 2/ contribuer à la refondation du droit, par l'intensification de transformations déjà en cours.

Photo anonyme du début du 20ème siècle, dénonçant l'injustice du travail des enfants aux Etats-Uni.

 

 

Si le problème de la justice ne peut être "adressé" que de manière oblique, pourquoi Jacques Derrida a-t-il choisi d'en faire un thème, une analyse directe, dans Force de loi? Sans doute devait-il remettre à leur place les "déconstructionnistes" (y compris en utilisant leur langue, l'anglais). Mais il y a autre chose : c'est la déconstruction elle-même, c'est-à-dire l'indéconstructible, qui est le coeur de sa problématique [peut-être fallait-il le rappeler, peut-être certains l'avaient-ils oublié] - il n'y a donc pas de tournant éthique, quoiqu'on en ait dit.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDeconstruction

FJ.LLK

DerridaJuste

CE.LEC

DerridaTache

JE.LJE

MalRadIncond

FJ.LJE

UDeconstructionJustice

Rang = MDeconstrucJustice
Genre = MK - NP