Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Musique, corps fantôme                     Musique, corps fantôme
Sources (*) :              
Peter Szendy - "Membres fantômes des corps musiciens", Ed : Minuit, 2002, p21

 

Une interpretation (Gunnar Berndtson) -

Penser ou interpréter un corpus, c'est le façonner par des mots, le prendre dans des "effictions" - cette figure de rhétorique où se contractent l'efficace et la fiction

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Effictio est une figure de rhétorique qui, dès le premier siècle avant J-C, désignait la description de la forme d'un corps pour le rendre intelligible (effictio est, cum exprimitur atque effingitur verbis corporis cuiuspiam forma, quoad satis sit ad intellegendum...). En criminologie ou en médecine légale, on s'adressait à des juges en se servant de cette figure [sans doute pour leur faciliter la résolution de quelques énigmes].

Constituer un corpus, explique Peter Szendy - comme le fait la recherche universitaire - c'est façonner un corps par des mots, fabriquer un corps de fiction. Cela vaut pour la rhétorique, la musicologie, l'esthétique, ou encore la philosophie. On peut comparer un tel corpus à un corps en transes. Il vise un autre, s'adresse à lui, l'invente, exige d'être contresigné, décrit par cet autre, effictionné par des voix multiples. Pour qu'il prenne consistance, il faut une fiction, une séquence de fictions, des effictions en chaîne.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

szendy
MusiqueFantome

FE.LEF

UCorpusEffiction

Rang = PCorpus
Genre = MR - IA