Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Musique, corps fantôme                     Musique, corps fantôme
Sources (*) : Oeuvre, espacement               Oeuvre, espacement
Peter Szendy - "Membres fantômes des corps musiciens", Ed : Minuit, 2002, p131

 

Ordre du contre-ut (Paul Klee, 1921) -

Aujourd'hui surgit, sous forme de déliaison et de brouillage des frontières, l'espacement originel qui dispose les corps à faire son

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Du corps humain suintent, depuis la nuit des temps, des prothèses sonores : la voix, les membres, les corps dansants, les instruments mis en mouvement par la bouche ou la main. Ces objets sonores prolifèrent et s'extériorisent. Ils déploient des espaces acoustiques qui s'articulent avec le corps, le prolongent, résonnent dans d'autres espaces, et aussi s'en détachent et rompent avec lui (espacement).

Mais ce qui se passe aujourd'hui est, selon Peter Szendy, un phénomène singulier qu'il qualifie de déliaison et date de l'émergence de l'électricité dans la fabrication de la musique (la machine de Procope Diviss vers 1730, le clavecin électrique de Delaborde en 1750). Il y a, entre les corps couplés par le son, une distance. Avec le passage par l'électricité, cette distance s'élargit et peut potentiellement devenir infinie. On en a pris conscience dans les années 1870 avec l'invention du téléphone, quand Elisha Gray puis Graham Bell, puis Clément Ader (1881), puis des machines comme le Telharmonium de Thaddeus Cahill (inventé en 1897) ont distribué des concerts à distance. Ainsi s'engageait le bouleversement des limites entre privé et public que nous connaissons aujourd'hui, avec ses effets juridiques et discursifs. On ne vit plus dans l'espace, on se joue de lui. On répond à l'injonction de lier les corps sonores par le creusement d'une distance insaisissable, couverte par une fiction d'immédiateté. Le corps musical devient un trou noir où l'espacement s'expose comme tel.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

szendy
MusiqueFantome

JG.LJG

ArchiOeuvreEspacement

LF.LLF

UEspacementMusique

Rang = OEspacementMusique
Genre = MR - IA