Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Dieu                     Derrida, Dieu
Sources (*) : Derrida, date et signature               Derrida, date et signature
Jacques Derrida - "Force de loi - le "Fondement mystique de l'autorité"", Ed : Galilée, 1994, p134

 

- -

Derrida, le judaïsme

Ce qui s'appelle Dieu est ce qui, en secret, nécessairement et souverainement, signe à ma place d'un sceau indéchiffrable

Derrida, le judaïsme
   
   
   
Derrida, le secret Derrida, le secret
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Analysant le texte de Walter Benjamin, Critique de la violence, Jacques Derrida propose un autre titre : Le prénom de Benjamin. Ce prénom, Walter, est répété deux fois dans la dernière phrase du texte : Die göttliche Gewalt, welche Insignium und Siegel, niemals Mittel heiliger Vollstreckung ist, mag die waltende heissen. Dans la traduction de Maurice de Gandillac, cette racine "walt" est traduite par deux mots différents, violence et souveraineté : La violence divine, qui est insigne et sceau, non point jamais moyen d'exécution sacrée, peut être appelée souveraine. Si l'on considère que cette dernière phrase énigmatique est une sorte de signature, alors on peut interpréter tout le texte de Benjamin, qui porte justement sur la violence souveraine, à partir de cette signature.

Jacques Derrida compare cette dernière phrase au son du shofar (qu'il orthographie shophar). Le shofar ou chofar est une corne de bélier qu'on fait sonner dans la tradition juive lors des fêtes de Roch Hachana et de Yom Kippour. La coutume à laquelle il fait allusion, spécifiquement algérienne, est de le faire sonner après le qaddich de la prière du soir, mais ici la phrase, dit-il, aurait été prononcée "à la veille d'une prière qu'on n'entend plus". L'énigme benjaminienne est redoublée par une énigme derridienne. Quelle est cette prière qu'on n'entend plus ou qu'on n'entend pas encore? Peut-être celle qui appelle à la violence, à la justice divine.

Nommer est une violence fondatrice - la première, ou celle qui vient avant la première (comme le prénom vient avant le nom). Dieu donne les noms, et Dieu est le nom de cette violence qui donne les noms, qui n'a pas à se justifier, qui est en même temps, par essence, autorité, pouvoir, justice. Il dispose en silence d'une prérogative absolue, qui ne dit rien d'autre que cela : nommer.

Je crois nommer Dieu, dit Derrida, mais c'est lui (le tout autre) qui signe à ma place. Dans le cas de Benjamin, c'est une signature explicite (le souverain, le violent). Walter est son prénom, qui vient avant le nom, c'est un appel silencieux en la puissance infinie (waltende) de la justice, une invite qui s'adresse secrètement à W.B. pour lui dire quoi? [proposons : Sois souverain].

 

 

Le nom de Walter Benjamin, en 1940 avant son passage à Portbou, où il s'est suicidé en absorbant une dose de morphine le 26 septembre 1940. Il écrit dans sa dernière lettre en français : Dans une situation sans issue, je n'ai d'autre choix que d'en finir. C'est dans un petit village dans les Pyrénées où personne ne me connaît que ma vie va s'achever.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDieu

ES.LES

DerridaSignature

XE.LEF

DerridaJuifs

XD.LFD

DerridaSecret

XC.LDD

XDIeuSignature

Rang = XDieuSecretSouverain
Genre = MK - NP