Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'absurde                     L'absurde
Sources (*) :              
Albert Camus - "Le mythe de Sisyphe", Ed : Pléiade, Essais, pp97-200, 1965, p196

 

Sisyphe (Jules Desbois, 1925) -

"Il faut imaginer Sisyphe heureux"; car en ayant conscience d'accomplir toujours la même tâche, il peut choisir de mépriser la tragédie, de se souvenir de la joie

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

On raconte différentes histoires à propos de Sisyphe, mais toutes convergent sur trois points :

- il méprise les dieux, n'hésite pas à livrer leurs secrets,

- il a tellement de haine pour la Mort qu'il réussit à l'enchaîner et à vider les enfers,

- il aime tellement la vie, le monde, l'eau, le soleil, la mer qu'on doit le reconduire de force dans l'Hadès.

Ces trois passions lui valent la punition la plus terrible, le travail inutile et sans espoir. Il faut qu'il accomplisse sa tâche, sans jamais rien achever. Il soulève l'énorme pierre, gravit la pente, et dès que le but est atteint, la pierre dévale dans la plaine. Alors il redescend. Pour Albert Camus, c'est pendant ce temps de descente, de pause, quand le tourment s'interrompt provisoirement, qu'intervient la conscience. Si Sisyphe n'était pas conscient d'accomplir une tâche inutile, sa situation ne serait pas tragique, son destin ne serait pas absurde. Quand il est clairvoyant, quand il connaît l'étendue de sa condition misérable, alors il peut se laisser aller à la douleur, mais aussi choisir le mépris, la joie. Il peut avoir le souvenir de la terre et du bonheur. Là se trouvent sa victoire, sa grandeur. Dans la contemplation, son destin lui appartient. Il marche.

 

 

Selon Homère, Sisyphe était le plus sage des mortels. Selon d'autres traditions, c'était un brigand. Mais quoiqu'il en soit, selon Camus, il a vécu, il a souffert et il est mort sans ressentiment.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Camus
CamusAbsurde

XG.LEG

XSisypheConscience

Rang = VSisypheBonheur
Genre = MR - IA