Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Warburg, déconstruction, hantise                     Warburg, déconstruction, hantise
Sources (*) : Aby Warburg               Aby Warburg
Georges Didi-Huberman - "L'image survivante - Histoire de l'art et temps des fantômes selon Aby Warburg", Ed : Minuit, 2002, p27

 

-

Mutation dans l'histoire de l'art

[Aby Warburg - ce fantôme qui hante l'histoire de l'art - a déconstruit tous les modèles en usage à son époque]

Mutation dans l'histoire de l'art
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Alors que les deux grands initiateurs de l'histoire de l'art, Giorgio Vasari (en 1550) et Johann Joachim Winckelmann (en 1755) basent leur restitution sur des modèles biomorphiques (vie et mort des artistes, grandeur et décadence de l'art antique), Aby Warburg est le signataire, vers 1900-1920, d'une oeuvre immense mais hétérogène, kaléidoscopique, flottante, aphoristique, sans contours définissables, pour laquelle le terme histoire de l'art semble décalé et inadéquat. Georges Didi-Huberman évoque un modèle fantômal, en rapport avec un style et un vocabulaire difficilement traduisibles [Nachleben ("survivance", "après-vivre"), Pathosformel ("formes pathiques"), bewegtes Leben], et sans doute aussi les caractéristiques psychologiques de l'auteur, qui a passé cinq ans en clinique psychiatrique.

Selon Warburg, des formes anciennes font retour dans les nouvelles oeuvres selon un processus qui n'est pas celui de la transmission des savoirs, mais celui du psychisme ou du symptôme. Bien qu'il soit souvent qualifié de fondateur de l'iconologie, il impulse un tournant où la connaissance iconologique est remplacée par des rémanences, des revenances, des survivances impensées ou inconscientes, où la dimension du pathos (cf son analyse de La Mort d'Orphée de Dürer), de l'empathie (cf ses remarques sur La Naissance de Vénus de Botticelli) - voire du pathologique - tend à prévaloir.

L'oeuvre de Warburg s'est difficilement imposée dans l'histoire de l'art. Effacé par des successeurs prestigieux comme Panofsky, il l'a hantée à la manière d'un dibbouk, ce fantôme qui énonce une vérité inoubliable, impossible à racheter.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'oeuvre d'Aby Warburg demeure sans contenu définissable; elle n'a pas encore trouvé son corpus (+ Bibliographie des textes publiés en français)

-

Dès la seconde moitié du XVème siècle, les artistes ont cherché dans les formes antiques les valeurs-limite de l'expression pathétique (La mort d'Orphée, Dürer, 1494)

-

Dans "La Naissance de Vénus", ce tableau-icône de la modernité, la déesse naît de la castration du Ciel (Ouranos) par son fils Cronos, dans une mer écumante de sperme

Aelia : Warburg était certainement un érudit, mais d'une érudition étrange, qui ne visait pas la construction d'un système, d'une architectonique - comme le savoir usuel de l'histoire de l'art - mais passait avant tout par l'image. Peut-on imaginer une déconstruction non discursive? Une pensée articulée sur des images et non pas sur des idées?

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

DidiHuberman
WarburgFantome

AA.BBB

WarburgParcours

DD.LDD

MutHistArt

ID.LKD

GW_WarburgFantome

Rang = VWarburgSpectre
Genre = -