Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'hospitalité                     Derrida, l'hospitalité
Sources (*) : Derrida, les droits               Derrida, les droits
Jacques Derrida - "Cosmopolites de tous les pays, encore un effort!", Ed : Galilée, 1997, pp22-23

 

Quartier (AX So lar, 1953) -

Derrida, le concept

Avec la "ville-refuge", ce serait un nouveau concept de Ville qui pourrait émerger, un autre droit d'asile, une autre hospitalité qui transformerait le droit international

Derrida, le concept
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Intervenant devant le Parlement international des écrivains pour répondre à un appel lancé en 1995 pour constituer un réseau de villes-refuges susceptibles d'accueillir un écrivain persécuté, Jacques Derrida s'interroge sur les implications de cette proposition. Une Ville peut-elle se distinguer d'un Etat, prendre de sa propre initiative un statut original qui, au moins sur ce point précis, l'autoriserait à échapper aux règles usuelles de la souveraineté nationale? Peut-elle contribuer à une véritable innovation dans l'histoire du droit d'asile, une nouvelle cosmopolitique, un devoir d'hospitalité revisité? Inventer cela peut être considéré comme une utopie, mais c'est aussi une tâche théorique et critique, urgente dans un contexte où les violences, les crimes, les tragédies, les persécutions, multiplient les réfugiés, les exilés, les apatrides et les victimes anonymes.

Le droit d'asile est un vestige médiéval, qui a survécu aux guerres du 20ème siècle. Appeler les villes à renouer avec cette tradition en accueillant les réfugiés comme tels, sans leur proposer ni la naturalisation, ni le retour dans leur région d'origine, implique de déborder les limites fixés par les traités entre Etats souverains. On peut imaginer une nouvelle figure de ville, une ville franche qui bénéficierait d'un statut d'exemption, d'immunité, comparable à celui qui est encore parfois attaché à certains lieux, religieux ou diplomatiques.

On trouve la notion de ville-refuge dans la bible, chez certains stoïciens grecs, chez Cicéron, Saint Paul (qui la sécularise), dans la tradition médiévale et religieuse (les églises comme lieu de "sauveté"). Les Lumières en héritent et Kant, dans son Article définitif en vue de la paix perpétuelle, en donne une formulation rigoureuse mais restrictive : (1) il limite l'hospitalité au droit de visite, excluant le droit de résidence; (2) il la fait dépendre du droit étatique. Pour faire progresser le droit, il faut analyser ces restrictions. D'une part l'hospitalité selon Jacques Derrida est une Loi, un droit inconditionnel offert à quiconque, un principe irréductible; mais d'autre part il faut répondre à l'urgence, à la violence et à la persécution. Cela peut ouvrir la possibilité d'une expérimentation - dans la pratique et dans la pensée, d'une autre idée du cosmopolitisme et de la démocratie à venir.

 

 

En France, le droit d'asile est assez récent. La constitution de 1946 ne l'accorde qu'aux pesonnes persécutées à cause de leur action "en faveur de la liberté", une définition élargie en 1954 (par suite de l'adhésion à la Convention de Genève de 1951) à ceux dont la vie ou la liberté se trouve menacée "en raison de leur race, de leur religion ou de leurs opinions politiques". L'application de cette Convention n'a été élargie aux personnes hors d'Europe et aux événements survenus après 1951 qu'en 1967. Mais les Etats-nations n'acceptent, en pratique, d'accorder ce droit que sous des conditions qui le rendent parfois presque impossible. En France, il faut que l'exilé ne puisse attendre aucun bénéfice économique de son immigration. Souvent, devant l'imprécision des règles, on laisse la police faire la loi - une confusion inquiétante, voire ignoble, comme le dénonçait Walter Benjamin, quand les limites de l'action de la police deviennent insaisissables, indéterminées. Le droit d'asile implique une subordination stricte de toutes les administrations policières au pouvoir politique.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaHospitalite

QF.LDF

DerridaDroits

MN.JHK

DerridaConcept

PQ.LLK

UVilleRefuge

Rang = PVilleRefuge
Genre = MK - NG